Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Régionales en Nouvelle-Aquitaine : il n'y aura pas de fusion entre Alain Rousset et les écologistes

Les négociations se sont soldées ce lundi sur un constat d'échec. La liste des écologistes (12% au 1er tour des régionales en Nouvelle-Aquitaine dimanche) ne fusionnera pas avec celle du socialiste Alain Rousset arrivé en tête.

Le socialiste Alain Rousset et l'écologiste Nicolas Thierry n'ont pas trouvé d'accord pour le second tour.
Le socialiste Alain Rousset et l'écologiste Nicolas Thierry n'ont pas trouvé d'accord pour le second tour. © Maxppp - David Thierry, Baptiste Bize

Ils étaient parvenus à un accord il y a six ans entre les deux tours des élections régionales pour constituer une majorité rose et verte en Nouvelle-Aquitaine. Durant six ans, l'écologiste Nicolas Thierry avait donc occupé un poste de vice-président du conseil régional de Nouvelle-Aquitaine présidé par le socialiste Alain Rousset. En cette année 2021, l'alliance a explosé. Crédités de 12% des suffrages lors du premier tour ce dimanche, Nicolas Thierry et ses amis écologistes ont poussé leurs pions en entamant les négociations avec les représentants d'Alain Rousset.

C'est une relation politique, pas une question comptable.

"Il n'a même pas été question du contenu du programme, affirme une source proche du président sortant. Comme ils ont fait deux fois plus qu'il y a six ans, ils ont réclamé le double de postes, 32 au total. C'était pour nous inacceptable". La discussion s'est donc arrêtée là selon les socialistes. 

Dans un communiqué, Alain Rousset affirme : "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable". Selon nos décomptes, Alain Rousset a besoin de recueillir 33% des suffrages au second tour pour obtenir une majorité au conseil régional. Il a obtenu dimanche soir 28,6% des voix.

Nous ne sommes pas des marchands de tapis

Nicolas Thierry, de son côté, estime que "l’urgence écologique était telle qu’on ne pouvait plus se contenter de demi mesures pour sauver le climat et la biodiversité." Le candidat écolo enfonce le clou : "Les discussions engagées avec Alain Rousset ont eu lieu dans un climat de défiance et de fermeture totale. Avec obstination  les amis d’Alain Rousset ont refusé de prendre le moindre engagement ferme en faveur de la transition écologique, s’en tenant a de très vagues déclarations d’intention. Nous ne sommes pas des marchands de tapis."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess