Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Régionales en Occitanie : le portrait "intime" des trois candidats du second tour

Aurélien Pradié, Carole Delga, Jean-Paul Garraud : trois candidats aux personnalités bien distinctes. Derrière la vitrine, derrière la politique, une femme et deux hommes dont nous avons essayé de percer les mystères. Portraits intimes et anecdotes assurées.

Aurélien Pradié, Carole Delga et Jean-Paul Garraud, les trois finalistes des régionales en Occitanie.
Aurélien Pradié, Carole Delga et Jean-Paul Garraud, les trois finalistes des régionales en Occitanie. © Maxppp - Michael Esdourrubailh, Nathalie Saint-Affre, Michel Clementz

Chacun a son "story-telling" bien taillé par les équipes de communication. L'enfant du Lot, la fille du Comminges, le brillant magistrat. Aurélien Pradié (LR et centre), Carole Delga (PS et alliés), et Jean-Paul Garraud (RN) sont les trois candidats en lice du second tour des élections régionales en Occitanie. Leur parcours politique, leur carrière, leurs combats ont été racontés maintes fois. Mais qui sont-ils une fois le rideau tombé ? Quelle personnalité cachent le député lotois étoile montante des Républicains, la présidente sortante ancienne ministre et celui qu'on présente comme le futur ministre de la Justice de Marine le Pen ?

Aurélien Pradié, le surfeur du Quercy

Bouillonnant député du Lot , n°3 des Républicains, Aurélien Pradié est l'homme des défis. À 35 ans, ce jeune loup qui n'a pas fait l'ENA est arrivé en première position dimanche dans son département, devant Carole Delga, sur ses terres à qui il est toujours resté fidèle.

Aurélien Pradié se plait à dire qu'il n'a qu'un bac en poche. Un an et demi de dilettante en fac de droit, lorsque sa vie bascule. Son père, à la tête d'une petite entreprise de négoce de noix dans le Lot est victime d'un AVC et devient paraplégique. Aurélien Pradié a 21 ans. Ce traumatisme familial précipite son engagement en politique. 

Il fait sa première campagne en mobylette sur les routes du Lot, contre son ancien instituteur , il arrache son premier poste de conseiller général sur la circonscription de Maurice Faure. Maire à 22 ans à Labastide-Murat , puis député dans ce département acquis à la gauche,  Fan de Jacques Chirac dès 14 ans, il apprend à se battre, à "cogner". À l'Assemblée Nationale, il impose à l'arraché ses propositions de loi sur le handicap, les violences faites aux femmes. 

Mais dès le vendredi, il revient dans son pays de Labastide-Murat, retrouver ses administrés (il est toujours conseiller municipal sur la commune), sa famille, son frère qui tient la boulangerie du village, sa compagne qui reste discrète, on ne la voit jamais à ses côtés sur les affiches électorales. 

Puis, il  part courir sur le Causse, un moment en solitaire pour se ressourcer après la tourmente parisienne. S'il devait quitter la politique,  il ouvrirait une boutique de surf, sa deuxième passion, au bord de la plage au Cap Ferret.

Carole Delga, les plaisirs simples

De Carole Delga le personnage public, on sait beaucoup de choses. Parce qu'elle est présidente sortante, parce qu'elle a été ministre, son portrait, son CV, sa carrière ont été écrits, décrits à maintes reprises. Mais la socialiste est pudique, toujours dans une communication très maîtrisée. À 49 ans, la Commingeoise cultive l'image d'une femme simple et accessible. 

C'est la "carte Martres-Tolosane" dont elle use et ré-use, cette carte "terroir" dont on ne peut pas lui enlever l'authenticité. C'est à Martres que l'élue dort cinq nuits par semaine, quitte à faire des centaines de kilomètres pour rejoindre son domicile chaque soir. C'est à Martres qu'elle était encore pour la Fête de la Musique, débarrassant la table qu'elle avait partagé avec des habitants. Dans cette commune où elle est née et a grandi, élevée par sa grand-mère et sa mère, la plupart des locaux la tutoient et l’appellent simplement Carole quand ils la croisent chez Christophe Breil le boucher, ou plus simplement quand elle se promène ou fait du vélo. Celle qui y est encore conseillère municipale habite à deux pas de la mairie, avec Robert son compagnon depuis près de 20 ans, un discret Commingeois. Cette maison, c'est celle de sa grand-mère arrivée à Martres avec son mari maçon d'Ariège avant la guerre. Elle repose aujourd'hui au cimetière du village.

Cette "mémé" dont elle parle volontiers, lui a aussi transmis le goût des fleurs, son jardin en est rempli. Le goût de la cuisine aussi, le souvenir des tomates farcies, ou son plat préféré, l'entrecôte-frites. Ses amis repartent toujours avec un pot de confitures maison aussi. Quand elle ne travaille pas, Carole Delga qui se définit comme une anxieuse, aime randonner et rouler avec sa Renault 4L décapotable. Argelès-sur-Mer où elle a un appartement de famille, Sète qu'elle adore ou le Maroc avec ses amis, Marrakech ou Essaouira. La présidente a aussi, dans le privé, une passion pour le karaoké et la variété française sur laquelle elle est incollable. Elle a des facilités pour les imitations, mais ne veut pas dire lesquelles, les réservant à son cercle intime. C'est dommage, il paraît qu'elle imite très bien Claude François.

Jean-Paul Garraud, la chasse et le Puy-du-Fou

Qui est Jean-Paul Garraud, l'homme que Marine Le Pen veut nommer ministre de la justice si elle est élue présidente ? À 65 ans, cet ancien magistrat, issu de la droite, fait partie de la stratégie de dédiabolisation du Rassemblement National. Inconnu jusqu'au début de la campagne des régionales dans la région, il est pourtant originaire de Martres-Tolosane, le village de Carole Delga.

Son arrière-grand-père était maire radical de Martres-Tolosane, prédécesseur donc de Carole Delga. La comparaison s'arrête là.

Issu d'une lignée de médecins et de magistrats, son père est nommé magistrat à Bordeaux quand il a cinq ou six ans. Jean-Paul Garraud garde pourtant cette pointe d'accent toulousain. Une carrière brillante dans la magistrature : juge d'instruction à Toulouse pendant sept ans, il s'attaque au trafic de drogue; Directeur adjoint de l'école de la magistrature, il conseille le président du Sénat, avant d'entrer en politique. En Gironde, il arrache un poste de député à Gilbert Mitterrand, le fils de l'ancien président, avant de rejoindre le Rassemblement National. 

Passionné d'histoire, ce gaulliste de cœur admire Napoléon. Dans sa villa en bord de méditerranée dans les Pyrénées-Orientales, il aime se ressourcer en famille, avec son épouse, elle aussi toulousaine d'origine, ses deux filles et ses quatre petits-enfants. Sans oublier sa chienne Setter Gordon qu'il emmène dans ses parties de chasse. C'est aussi un passionné de voile. Ce colosse sait partir à l'abordage. En poste en Vendée, il participe au spectacle du Puy-du-Fou, dans le rôle d'un lutteur de foire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess