Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Régionales en PACA : "C'est une claque pour la démocratie et pour notre parti " réagit Christophe Castaner

Au lendemain des élections régionales en Provence-Alpes-Côte d'Azur, Christophe Castaner, le président du groupe LREM à l'Assemblée Nationale, député des Alpes-de-Haute-Provence, reconnait que c'est un échec pour son parti qui n'a remporté aucune région après avoir retiré sa liste en PACA.

Christophe Castaner.
Christophe Castaner. © Maxppp - Philippe de Poulpiquet

Il se dit soulagé que Renaud Muselier ait remporté l'élection régionale en Provence-Alpes-Côte d'Azur face au Rassemblement national, après avoir connu le même sort en 2015. Christophe Castaner évoque même une "bonne nouvelle" et une forme de légitimité pour Renaud Muselier malgré une victoire remportée grâce au front républicain.

"En 2015, c'était pareil. Sans le retrait de la liste de gauche que je conduisais, Christian Estrosi n'aurait peut-être pas été élu. Il a été élu, il a été président de région, il a accompagné Renaud Muselier et il a été parfaitement légitime avec Renaud Muselier pour faire leur travail au sein de notre région et les choses sont ainsi." - Christophe Castaner 

L'abstention grande gagnante, La République en Marche grande perdante

Renaud Muselier légitimé par son score : 57,30%, mais dans un contexte de forte abstention : 63,16% et c'est bien ce chiffre que les élus doivent analyser ce lundi matin. Une abstention historique au niveau local comme au niveau national qui fait réagir Christophe Castaner :"C'est une claque pour la démocratie et pour notre parti politique, je vous le concède volontiers. C'est un phénomène qui est profondément et structurellement ancré dans la société. La baisse est constante depuis 20 ans s'agissant de ces élections locales et intermédiaires". 

Le Rassemblement National n'est pas le seul parti bredouille ce lundi matin. La République en Marche doit accuser le coup : aucune région remportée et en PACA, le parti n'a même pas vraiment existé puisqu'avant le premier tour déjà la liste conduite par Sophie Cluzel a été abandonnée pour fusionner avec la liste de Renaud Muselier. 

"Ces élections locales ne sont pas bonnes pour nous. C'est pas bon et on voit toute la difficulté de l'enracinement local. Il faut, pour être réélu, être président sortant. Nous n'avions aucun élu, nous avons aujourd'hui près de 300 élus un peu partout en France."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess