Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Régionales en PACA : Jean-Laurent Félizia retire sa liste, un duel RN-LR au second tour

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Azur, France Bleu Provence, France Bleu Vaucluse, France Bleu

Le chef de file de la liste d'union de la gauche et des écologistes, arrivée en 3e position au premier tour des élections régionales en Provence-Alpes-Côte d'Azur avec 16,9% des voix, renonce ce lundi à se maintenir au second tour. Dimanche prochain, le scrutin opposera RN et LR, comme en 2015.

Jean-Laurent Félizia
Jean-Laurent Félizia © AFP - Nicolas TUCAT

Il aura tenu moins de 24 heures. Jean-Laurent Felizia retire finalement sa liste pour le second tour des élections régionales en Provence-Alpes-Côte d'Azur. Il y aura donc un duel RN-LR le 27 juin, comme en 2015, et aucun élu de gauche ou écologiste au conseil régional pour les six prochaines années. Le chef de file du Rassemblement écologique et social s'est exprimé ce lundi en fin d'après-midi.

"Je n'avais pas le droit de jouer avec le feu pour l'avenir de nos enfants, de nos petits-enfants."

"La défaite de la haine et de l'intolérance n'est pas certaine dans notre région si nous nous nous maintenons. Je n'avais pas le droit de jouer avec le feu pour l'avenir de nos enfants, de nos petits-enfants", a déclaré Jean-Laurent Félizia. "Il n'y avait pas en réalité de bon choix, mais c'était ma responsabilité d'en faire un", a-t-il ajouté, assurant que "ce ne sont pas les pressions, si dérisoires, qui ont emporté la décision", mais "l'intérêt général"

"Dimanche, je voterai Muselier pour battre Thierry Mariani et sa triste cohorte."

Pour le second tour, le conseiller municipal écologiste du Lavandou (Var) appelle à faire barrage à une victoire du Rassemblement national, refusant de "laisser Marine Le Pen faire de PACA le marchepied de ses funestes ambitions" présidentielles. "Personne n'a plus de peine que moi à vous le dire", mais "dimanche, je voterai Muselier pour battre Thierry Mariani et sa triste cohorte", a-t-il indiqué, souhaitant "que nous soyons une majorité à le faire"

Arrivé en troisième position avec 16,89% des suffrages au premier tour derrière la liste RN de Thierry Mariani (36.38%) et la liste d'union de la droite de Renaud Muselier (31,91%), Jean-Laurent Félizia soutenait jusqu'à la mi-journée qu'il allait maintenir coûte que coûte sa liste dimanche prochain, rejetant l'appel au rassemblement de Renaud Muselier et estimant que la gauche et les écologistes devaient figurer dans l'opposition à l'hémicycle régional.

Mais sa position devenait de plus en plus difficile à tenir. Dès dimanche soir, le patron du PS Olivier Faure avait appelé "solennellement au retrait de la liste", car "aucun risque ne peut être pris face à l'extrême droite". Les cadres d'Europe Écologie-Les Verts lui avaient emboîté le pas, son secrétaire national Julien Bayou menaçant directement Jean-Laurent Félizia d'exclusion du parti en cas de maintien. Des appels au retrait avaient également été relayés par le PCF ou Place Publique, d'autres partis membres de cette large union de la gauche. Des personnalités régionales comme Benoît Payan, maire socialiste de Marseille, ou Michèle Rubirola, sa première adjointe écologiste, avaient suivi. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess