Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Régionales en PACA : "Les électeurs des Républicains se tournent vers le RN" selon IPSOS

Le Rassemblement national de nouveau donné vainqueur pour les élections régionales en Provence-Alpes-Côte d'Azur, d’après un nouveau sondage Ipsos-Sopra Steria pour France Bleu et France 3. Décryptage et analyse du sondage avec Jean-François Doridot, directeur général d'Ipsos.

Renaud Muselier (LR) et Thierry Mariani (RN).
Renaud Muselier (LR) et Thierry Mariani (RN). © Maxppp - .

Un nouveau sondage favorable pour Thierry Mariani en Provence-Alpes-Côte d'Azur pour les élections régionales. Le candidat du Rassemblement national récolterait 51% des suffrages en cas de duel face à Renaud Muselier (LR), le président sortant. Comment expliquer cette tendance ?  Explications avec Jean-François Doridot, directeur général d'Ipsos.  

On avait fait une précédente enquête, il y a trois semaines, en plein psychodrame, on va dire sur le soutien des LR à Renaud Muselier ou non, le retrait de la candidate La République en Marche. Et depuis, on voit le mouvement qui se passe dans l'opinion en région PACA et une progression FN avec Thierry Mariani, à la fois au premier ou au second tour. Progression qui s'explique par le fait que de plus en plus de sympathisants des républicains se tournent vers la liste de Thierry Mariani. Ils étaient environ 25%, ils sont plutôt 30%, tandis que du côté de Renaud Muselier, il a réussi l'opération de séduction de l'électorat de La République En Marche. Aujourd'hui, les trois quarts des électeurs d'Emmanuel Macron en 2017 ont l'intention de voter pour lui. Mais en revanche, il a perdu sur sa droite. Et quand on regarde l'électorat aujourd'hui de Renaud Muselier, finalement, il y a plus de "macronistes" que de "fillonistes". 

Quand on regarde l'électorat aujourd'hui de Renaud Muselier, finalement, il y a plus de "macronistes" que de "fillonistes"

Le spectacle politique auquel on a assisté à droite a desservi Renaud Muselier ? 

Pour l'instant, oui, il a desservi Renaud Muselier à la fois au premier et au second tour. Et puis, il a quand même concentré le débat sur ces deux listes. Et l'autre perdant de cette séquence, c'est la gauche, avec une gauche qui est très basse avec la liste de Jean-Laurent Félizia, qui est donné à 15% des intentions de vote. C'est très faible quand on sait que la gauche avait quand même fait 25%, 2015 et que c'était déjà un score qui était très élevé. 

Le Rassemblement national, donc, en tête. On le constate aussi avec la principale préoccupation des électeurs, qui reste toujours la délinquance et le thème principal du RN, c'est la sécurité. 

Tout à fait : délinquance, immigration et même chômage (un taux de moindre sur le troisième), c'est les thèmes qui sont en tête des préoccupations des Français et encore plus des habitants de PACA. Quel est le parti qui est le plus légitime pour proposer des solutions efficaces ? Le Rassemblement national arrive souvent en tête des réponses et en plus, sur des élections qui sont faiblement mobilisatrices. On a aujourd'hui une participation qu'on pourrait estimer autour de 40%. Les gens qui nous disent aujourd'hui qu'ils sont certains d'aller voter mettent en avant ces préoccupations. En PACA, au lieu de 50%, on monte à près de 60% des électeurs, certains d'aller voter, qui nous disent que leur principale préoccupation est aujourd'hui la délinquance. 

Et on risque de regarder vraiment de très près PACA, qui pourrait basculer et revenir au Rassemblement national, ce qui serait une première ? 

C'est en effet quelque chose qui est envisageable, mais qui est envisageable à cause de ces préoccupations et à cause de la personnalité de la tête de liste du Rassemblement national qui est issue de la droite parlementaire, qui est connue et qui, finalement, dispose d'une popularité pour une personnalité issue du Rassemblement national qui est très élevée, et avec des avis positifs (39% de bonnes opinions). Cette combinaison de préoccupations, de personnalités finalement bien choisies et d'alliances un peu contre nature entre La République en Marche et LR pourrait en effet amener à la victoire de Thierry Mariani. 

Parce que le front républicain aussi ne semble plus vraiment exister pour le second tour ? 

On est encore loin du second tour ... les gens ne connaissent pas les résultats du premier tour, qui est un élément important dans leur choix du second tour. Mais on voit aussi actuellement, quand on leur propose simplement deux listes au second tour, une hypothèse où la gauche se retirerait entre les deux tours, la moitié des électeurs de gauche nous disent qu'ils ne veulent pas choisir entre Muselier et Mariani, et c'est pour cela qu'il y a eu une courte avance qui est insignifiante mais une courte avance pour Thierry Mariani dans notre enquête : 51% contre 49% à Renaud Muselier.  

La moitié des électeurs de gauche nous disent qu'ils ne veulent pas choisir entre Muselier et Mariani

Cela veut dire que ces électeurs-là n'iront pas voter ou voteront blanc ? 

En tout cas, c'est un avertissement et un avertissement sur le fameux front républicain trois semaines ou quatre semaines avant le second tour. Ils nous disent : "ce qui s'est passé en 2015 ne se reproduira pas forcément cette fois-ci. "

Peut être aussi parce que le candidat  de gauche, Jean Laurent Félizia, pour l'instant en tout cas, dit qu'il n'appellera pas forcément au front républicain?

Parce-que peut être qu'il a aussi des éléments en discutant avec les électeurs qui montrent que les électeurs ne lui réclament pas de se retirer n'ont pas envie d'aller voter pour Renaud Muselier et d'être absent de l'assemblée régionale et donc de ne pas pouvoir peser sur les décisions, même en étant dans l'opposition. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess