Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Régionales en Pays de la Loire : les propositions de Guillaume Garot (PS) contre la désertification médicale

-
Par , France Bleu Mayenne

Le député PS et candidat aux élections régionales en Pays de la Loire Guillaume Garot propose un "plan régional d'accès à la santé" pour lutter contre la désertification médicale. Plusieurs mesures pour attirer, former et faire s'installer du personnel médical, notamment dans les territoires ruraux.

Le député PS Guillaume Garot, candidat aux élections régionales en Pays de la Loire
Le député PS Guillaume Garot, candidat aux élections régionales en Pays de la Loire © Radio France - Nicolas Joly

150 nouveaux médecins généralistes et infirmiers en pratique avancée dans les Pays de la Loire en 2026. C'est la proposition de Guillaume Garot, candidat socialiste à la présidence de la région.  Il s'agit de la mesure phare de son "plan régional pour l'accès à la santé" pour lutter contre la désertification médicale. La Mayenne est le troisième désert médical en France.

Le député PS souhaite que la région accompagne "les initiatives de salariat sur les territoires" en manque de personnel soignant et créer "un organisme régional pour salarier directement les professionnels de santé lorsque cela se justifiera".

Le "plan régional pour l'accès à la santé" de Guillaume Garot :

  1. Financement de 60 nouveaux centres et maisons de santé pluridisciplinaires
  2. Formation d'ici 2026 de 11 000 infirmiers et 14 000 aides-soignants dans le cadre d'un accord pluriannuel avec l'État
  3. Développement de "bus de santé" dans les zones en manque de médecins
  4. Mise en place de bourses de santé pour les lycéens souhaitant étudier en faculté de médecine, pour les trois premières années, en contrepartie d'un contrat d'installation dans les zones sous-denses
  5. Accompagnement des démarches de coordination des professionnels et des collectivités

Concernant le financement de ce plan, Guillaume Garot affirme que le recrutement de 150 médecins généralistes et infirmiers en pratique avancée coûterait un million d'euros par an à la région. "Cela équivaut aujourd'hui à 0,1% du budget de la région, ce qui veut dire que c'est une demande aisément supportable."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess