Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Le projet de l'A45 entre Saint-Étienne et Lyon

Régionales : Jean-Jack Queyranne (PS-PRG), "cette grande région a besoin d'un Président à temps plein"

-
Par , , France Bleu Saint-Étienne Loire
Saint-Étienne, France

Le président sortant de la Région Rhône-Alpes, le socialiste Jean Jack Queyranne, était ce vendredi l'invité spécial de France Bleu Saint-Étienne Loire dans le cadre de la campagne pour les élections régionales, en partenariat avec La Tribune-Le Progrès.

Jean-Jack Queyranne dans les studios de France Bleu Saint-Etienne Loire
Jean-Jack Queyranne dans les studios de France Bleu Saint-Etienne Loire - Philippe Vacher - Le Progrès

Jean-Jack Queyranne, le président sortant de la région Rhône-Alpes et candidat à un troisième mandat reprendra sa campagne électorale lundi "avec le cœur lourd" dit-il. Elle est à l'arrêt depuis les attentats de Paris. Et pour la première fois, Jean-Jack Queyranne a commenté l'attitude de son adversaire Laurent Wauquiez. _"Chacun le jugera, dit-il,_ je pense que dans cette situation il faut faire preuve de mesure, de retenue, de responsabilité et aussi de fermeté". Jean-Jack Queyranne estime par ailleurs que "plus (il) circule en Auvergne-Rhône-Alpes, plus (il) se rend compte que cette région a besoin d'un Président à temps plein. Pas un Président qui court les plateaux de télévision nationaux ou qui a la tête ailleurs\". Il également évoqué les dossiers régionaux : les TER, l'A45 et les manuels scolaires.

Son ambition est de "réussir la grande région". Jean-Jack Queyranne veut montrer que cette grande Région est "un atout pour faire face à une situation économique, environnementale mais aussi de sécurité qui est difficile pour notre pays". Le candidat socialiste souligne que la Région Auvergne-Rhône-Alpes sera la huitième région d'Europe. Il avoue qu'il reprend sa campagne "avec le cœur lourd" mais affirme que "si cette guerre contre le terrorisme doit être gagnée par le renseignement, par la surveillance, par la sécurité, elle doit être gagnée aussi par la solidité du peuple français par nos engagements sur l'éducation, sur la formation, sur la culture".

Sa campagne est également placée sous le sigle de l'humanisme social. "C'est mon engagement personnel, dit-il, c'est aussi une forme de réponse à ce qu'il vient de se passer. On a besoin de cohésion, on a besoin de se retrouver sur des valeurs collective : le goût du travail, le sens de l'engagement, la retenue, la mesure, l'équilibre. C'est tout cela que je représente par ma personnalité, par l'action que j'ai menée au cours de ces dix dernières années. Et puis je pense que l'expérience comptera aussi". Jean-Jack Queyranne qui estime que la défense des valeurs de la République et de la laïcité sont plus que jamais d'actualité.

Les TER :  "il y a des difficultés sur l'axe Le Puy-Saint-Etienne. Il faut faire des travaux. Ils ont été inscrits au contrat de plan. Sur Roanne-Saint-Etienne aussi. C'est 75 millions. Et puis il y a les problèmes aussi liés à la période et en particulier à l'utilisation du matériel ferroviaire. On nous dit qu'il ne permet pas d'assurer complètement les garanties de sécurité sur les rails qui peuvent être rendus glissants par la chute des feuilles ou par la pluie. Donc la nécessité de mettre deux automotrices ensembles. Moi je demande à la SNCF d'assurer la régularité et l'information des voyageurs. Le service public à cette obligation. Dans le cadre de la nouvelle région, il faut conserver la ligne Saint-Étienne-Montbrison-Boën-Noirétable-Thiers-Clermont. C'est indispensable. On ne comprendrait qu'on fasse une nouvelle région et qu'on supprime une liaison qui dessert les deux territoires". **

Les manuels scolaires : "Il y a une situation différente (entre les deux régions actuelles) puisqu'en Auvergne on achète les livres en gros et ils sont mis à la disposition des proviseurs. C'est le système qui existe dans les collèges notamment. En Rhône-Alpes c'est une carte qui donne droit à des prestations auprès des libraires mais aussi sportives et culturelles. Çà sera à l'Assemblée de se prononcer. Moi je trouve que la carte M'RA est plébiscitée pour plusieurs raisons : d'abord parce que c'est l'autonomie des jeunes. Et puis, il faut éviter les systèmes trop lourds. Nous aurons près de 500 lycées. On ne va pas organiser les achats de façon collective". Jean-Jack Queyranne ne pense pas que le système auvergnat soit plus avantageux pour les élèves. "Sur les trois ans de lycée, il y a un concours financier de la Région qui s'élève à 270 euros. Et puis j'ai toujours défendu la carte M'RA parce qu'elle permet aux jeunes d'aller chez des libraires. Cela permet de soutenir les libraires. A Rive-de-Gier j'ai pu voir des libraires, à Saint-Chamont aussi, ils me disent "les livres scolaires c'est 10% de notre chiffre d'affaire et ça compte". J'ai vu à Saint-Étienne ceux qui ont repris la librairie Chapitre et qui expliquent qu'il ont passé le mois de septembre grâce aux livres scolaires. On a 250 libraires en Rhône-Alpes, il faut le maintenir".

Comme tous les candidats aux régionales reçus par France Bleu Saint-Étienne Loire, Jean-Jack Queyranne a répondu aux questions d'un contradicteur, en l’occurrence le député UDI de la Loire François Rochebloine.

François Rochebloine : "A ce jour le Conseil régional, sous votre présidence, a toujours refusé de participer au financement de l'autoroute A45 entre Saint-Étienne et Lyon. Si vous êtes réélu, quelle sera votre position?"

Jean-Jack Queyranne : "Je suis favorable à cette autoroute cela étant, la Région n'a pas à s'engager sur les routes. Cela vient d'être voté et confirmé par la loi NOTRe. Je pense que la contribution qui est demandée aux collectivités locales et à l’État (844 millions) n'est pas acceptable. Moi j'ai dit à Gaël Perdriau et Bernard Bonne qu'il fallait intervenir auprès du ministère des transports pour renégocier. Au niveau financier, on ne peut pas voir un concessionnaire avoir 55 ans de concession et puis l'argent public représenter plus de la moitié du financement de cette autoroute."

François Rochebloine  : "Laurent Wauquiez a pris l'engament de participer au financement de cette autoroute A45"

Jean-Jack Queyranne : "La clause de compétence générale nous ne l'avons plus. La Région ne peut intervenir que dans le champs de ses responsabilités. Nous avons des responsabilités sur le ferroviaire. Évidemment pendant la campagne électorale on peut multiplier les promesses. Mais on ne peut pas dire, "on va financer cela et on va baisser les dépenses". Je crois que les explications devront venir de la part du candidat de droite".

Sur l'attitude du candidat de la droite et du centre Laurent Wauquiez après les attentats :

"Le temps n'est pas aux polémiques politiciennes. Monsieur Wauquiez a eu son comportement. Chacun le jugera. Je pense que dans cette situation il faut faire preuve de mesure, de retenue, de responsabilité et aussi de fermeté. Cela a été mon engagement. J'ai été Ministre de l’intérieur. J'ai remplacé Jean-Pierre Chevènement quand il a eu cette hospitalisation. Je connais les difficultés du Ministre de l'intérieur. Je trouve que Bernard Cazeneuve à l'intérieur du gouvernement, mais aussi Manuels Valls qui s'est exprimé, le Président de la République sont à la hauteur. Il faudrait que tous les hommes politiques de notre pays soient à cette hauteur de vue et d'engagement".

Sa ville préférée ?

"Saint-Étienne est maintenant au cœur de la Région. Les valeurs que porte Saint-Étienne, cette histoire industrielle, les valeurs du travail bien fait, les valeurs de l'engagement collectif, de la foi dans le progrès social qui a caractérisé notre Région. Alors je suis lyonnais, je suis donc attaché à la ville de Lyon, mais j'ai été un des premiers enseignants ici à Saint-Étienne dans ce qu'on appelait un centre de droit et qui a été les prémices de l'université de Saint-Étienne".

Sa personnalité préférée ? 

"Il a été député de Grenoble : Pierre Mendès-France. Parce qu'il incarnait cette rectitude, cet engagement. Mais ici, j'ai beaucoup apprécié Michel Durafour, parce que c'est un homme qui a développé la ville de Saint-Étienne, qui l'a fait avec cette marque d'humanisme qui le caractérisait. Lucien Neuwirth était aussi une très grande personnalité que j'aimais beaucoup parce que lui il a fait le pas décisif, il a permis que la décision soit prise pour la liberté des femmes".

Son club de sport préféré ?

"J'ai été basketteur. J'ai même joué à mon petit niveau universitaire contre Alain Gilles. Donc je vous dirai Villeurbanne, en basket".

Suivre Jean-Jack Queyranne sur son site de campagne, sur Facebook, sur Twitter.

Lire aussi

Les têtes de liste des élections régionales en Auvergne-Rhône-Alpes

Votez pour le nom de la future grande région

Choix de la station

À venir dansDanssecondess