Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Régionales - Jean Lassalle (Modem) : "La campagne est mal partie"

-
Par , France Bleu Gironde

Le chef de file du Modem pour la grande région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes a rencontré Alain Juppé et Virginie Calmels à Bordeaux ce vendredi. Il n'est pas très optimiste en vue des Régionales de décembre.

Jean Lassalle, le chef de file du Modem en Aquitaine, était à Bordeaux ce vendredi
Jean Lassalle, le chef de file du Modem en Aquitaine, était à Bordeaux ce vendredi © Radio France

Jean Lassalle se serait bien vu mener une liste UMP-centristes pour les prochaines élections régionales programmées les 6 et 13 décembre prochains. Mais Alain Juppé, le maire de Bordeaux, a propulsé son adjointe Virginie Calmels comme tête de liste. Le député du Béarn est venu s'expliquer avec eux à Bordeaux. Et il n'a pas mâché ses mots. Interview.

France Bleu Gironde : Jean Lassalle, que pensez-vous de ces premières semaines de campagne ?

Jean Lassalle : Ce début de campagne ne me paraît pas très réussi et, à vrai dire, je ne la vois pas très bien se finir. C’est d’autant plus dommage qu'Alain Juppé va être beaucoup plus exposé qu’il ne le croit lors de cette élection. Pour l’instant, il a un avantage sur Nicolas Sarkozy parce qu’il apparaît comme l’homme qui a réuni l’UMP et toutes les familles centristes, même bien au-delà. Son amitié et sa complicité avec François Bayrou l’attestent, mais si Virginie Calmels devait être battue, il porterait au niveau national la responsabilité de cette défaite. Je pense que Nicolas Sarkozy n’hésitera pas à lui dire « tu vois que ce n’est pas ton truc ». Il risque de le payer cher.

Pour vous c’est une occasion de montrer que l’on peut rassembler la droite et le centre ?

La droite et le centre ont failli se rassembler, je pensais que c’était fait, puisqu’on m’a demandé d’être candidat. Ce n’est même pas moi qui l'ait demandé. C’est le président de la fédération Modem de la Gironde et le président de l'opposition de droite au Conseil général de la Gironde. C’était au mois d’octobre. Je me suis donné trois mois pour observer, puis lorsqu’Alain Juppé nous a réuni début février, j’ai dit « bon, d’accord, j’y vais ». Nous avons fait toute la campagne des dernières départementales dans cet esprit-là. Ensuite j’ai appris qu’il avait retenu Virginie Calmels, alors là j’ai fait savoir que je n’appréciais pas. Il l’a présentée au comité d’investiture de l’UMP à Paris et, lorsque ça a été fait,  j’ai choisi de dire "je prends acte". N'étant pas retenu par l'une des familles, je ne peux pas être par définition le capitaine de l’union. 

Qu'êtes-vous venu dire à Alain Juppé ?

Mon message à Alain Juppé est clair. «Moi, il n’y a pas de problème, ce n’est pas une question de personne, ça m’aurait plu, je ne vais pas me mettre à mentir, je le sentais bien ». C’est une région qui n’a pas de passé, c’est une région qui n’a pas de présent, et c’est une région à qui il faut construire un futur, un rêve et un idéal. Je pouvais le faire pendant la campagne électorale. Ce n’est pas moi mais ça peut être Virginie Calmels. Mais pour y parvenir, il faut changer la manière de travailler. Alain Juppé dit « je vais désigner les têtes de liste départementales dans la semaine ou dans les semaines qui viennent » et il n'a consulté aucun des maires des grandes villes centristes que nous avons en Aquitaine. J'ai vu les maires de Bayonne, Biarritz, Mont-de-Marsan, Agen, ils  n’ont pas été consultés. Ce n’est pas comme ça que l’on crée des conditions de l'union. On ne dit pas non plus dans un grand quotidien national : « je m’appuierai un peu sur Jean Lassalle pour le vote des ruraux". Ce n’est pas une manière très élégante de parler des ruraux. Donc, si nous ne changeons pas, et si nous ne créons pas des conditions qui fassent que ce soit une équipe composée des meilleurs qui rentrent sur le pré, nous n’allons pas gagner. Aujourd’hui ce n’est pas gagné, loin de là. Moi je ne vais pas jouer contre mon camp, mais si les conditions ne sont pas réunies, je ne serai pas dans leur équipe, mais ça se verra et ça s’entendra.

Vous réclamez des têtes de listes départementales ?

Je pense que nous sommes dans une région où on n’est pas très loin de la parité (entre l'UMP et le Modem, NDLR). On n'est pas très loin du 50-50. Ce n’est pas partout le cas. Mais ici, c’est resté le cas.

Vous n'envisagez pas de liste centriste indépendante ?

On ne peut jamais dire… Parce que je ne sais pas ce que veulent faire mes collègues Modem. Je vais les réunir à Bordeaux très prochainement pour que nous adoptions une ligne, au vu de la réunion que nous aurons eu aujourd’hui. Moi je n'envisage pas de liste dissidente, je l’ai dit depuis le début. En ce moment les électeurs, qui ont déjà beaucoup de mal à nous supporter, nous supportent encore moins déchirés ou séparés.

Il n’y a rien qui vous oppose d’un point de vue idéologique à Virginie Calmels ?

Il est évident qu’il faudra parler du projet. Là on n’a pas pu le faire. Moi, c'est pourtant la première chose que j’aurais faite. J’aurais vérifié que l’on pouvait effectivement parler de la même voix de tous les problèmes. Bon je pense qu’honnêtement Virgine Calmels n’est pas une extrémiste... Mais c'est clairement un problème de respect réciproque, d’envie de faire ensemble. Et si on a envie de joindre nos forces, et dans un équilibre qui soit le plus proche de la réalité, à ce moment-là, ça marche.

Propos recueillis par Pauline Brisset

Jean Lassalle : "La campagne est mal partie"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess