Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Régionales: Les Républicains en position éligible doivent aussi payer en Acal

vendredi 13 novembre 2015 à 6:56 Par Aurélie Locquet et Johanne Burgell, France Bleu Alsace, France Bleu Champagne-Ardenne, France Bleu Elsass, France Bleu Lorraine Nord et France Bleu Sud Lorraine

7.000 euros en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, 4.000 dans les Pays de la Loire: une place éligible peut coûter cher sur les listes des Républicains pour les régionales. Les chiffres sont connus depuis début novembre. En Alsace-Champagne-Ardennes-Lorraine, la facture est un peu moins salée: 2.500 euros.

Philippe Richert en campagne pour les régionales.
Philippe Richert en campagne pour les régionales. © Maxppp

Alsace, France

Ceux qui sont en position éligible sur la liste doivent payer pour financer la campagne explique Philippe Richert, tête de liste les Républicains en ACAL. Il estime que 90 candidats de sa liste sont éligibles en cas de victoire aux régionales et leur a demandé à chacun 2.500 euros. Tout le monde a payé, soit 225.000 euros au total.

"On a toujours fonctionné comme ça, ça n'a pas posé de problème."

Pas de contribution directe des candidats au PS

Au PS, le financement de la campagne se fait différemment. La tête de liste Jean-Pierre Masseret a dû emprunter 770.000 euros auprès des dix fédérations socialistes de la future grande région. Pas de contribution directe des candidats: pour payer les campagnes électorales, les élus versent chaque mois 10% de leurs indemnités à leur parti.

Du côté du Front national, la tête liste Florian Phillipot a fait un emprunt à son nom. Il n'a pas demandé d'argent aux candidats. Il estime que cela peut donner le sentiment d'acheter sa place sur une liste.

"Je ne souhaite pas qu'il y ait d'obstacle financier à la candidature."