Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Régionales : "Il faut faire barrage au FN dès le premier tour en Normandie", Nicolas Mayer-Rossignol (PS-PRG)

mardi 1 décembre 2015 à 9:28 Par Claire Briguet-Lamarre, France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Nicolas Mayer-Rossignol, tête de liste PS-PRG pour les élections régionales en Normandie, était l'invité de France Bleu Basse-Normandie ce mardi matin. Le premier tour à lieu dans quelques jours seulement, le 6 décembre. Retrouvez ici les temps forts de l'interview.

Nicolas Mayer-Rossignol, tête de liste PS-PRG aux Régionales
Nicolas Mayer-Rossignol, tête de liste PS-PRG aux Régionales © Radio France - Francis Gaugain

Les sondages et le score du FN

Nicolas Mayer-Rossignol : "Je crois que tous les Normands doivent réaliser qu'il y a un vrai risque que le FN remporte la région. Ce serait un cauchemar. Je dis à tous ceux qui sont attachés aux valeurs que nous représentons d'aller voter dès le premier tour car le risque de l'extrême droite est là. Il faut voter massivement pour nous dès le premier tour pour faire barrage au FN et je ne doute pas que nous aurons un large rassemblement de la gauche au deuxième tour."

Nicolas Mayer-Rossignol dans les studios de FB Basse-Normandie - Radio France
Nicolas Mayer-Rossignol dans les studios de FB Basse-Normandie © Radio France - Francis Gaugain

Les attentats et la sécurité

Nicolas Mayer-Rossignol : "Il y a eu des interpellations avant la mise en place de l'état d'urgence. C'est une situation extrêmement difficile. Dans ces moments là nous avons besoin d'unité, de rassemblement et de dignité. Je rends hommage à toutes les forces de sécurité, de police, de gendarmerie. Certains critiquent alors que ce sont les mêmes qui ont supprimé des postes dans l'armée et la gendarmerie. Les politiciens doivent se taire et travailler dans la discrétion."

Certains critiquent alors que ce sont les mêmes qui ont supprimé des postes dans l'armée et la gendarmerie. Les politiciens doivent se taire et travailler dans la discrétion

Le chômage continue d'augmenter, c'est un échec du gouvernement ?

Nicolas Mayer-Rossignol : "On ne peut pas se satisfaire que le chômage augmente mais je vois les réformes qui sont mises en oeuvre. Dans certaines régions, il est en diminution. Si il existait une formule magique pour réduire le chômage ça se saurait. Il faut agir concrètement."

L'investissement économique

Nicolas Mayer-Rossignol : "Je dirais que la région est le premier investisseur local. On peut critiquer nos opinions mais je n'ai entendu personne critiquer notre présence sur le terrain. Nous avons augmenté nos investissements tout en restant la région la mieux gérée de France. Quand on a une région bien gérée c'est plutôt un avantage.

NMR répond aux questions des auditeurs de France Bleu Basse-Normandie - Radio France
NMR répond aux questions des auditeurs de France Bleu Basse-Normandie © Radio France - Francis Gaugain

Les effectifs de la Région

Nicolas Mayer-Rossignol : "J'entends des propos méprisants sur les agents de la fonction publique. En tout, à Caen et Rouen,  nous comptons 950 personnes employées par la Région. En Bretagne, région comparable en nombre d'habitants, ils sont  1185.  Le personnel régional c'est 4% de la fonction publique territoriale. Le service public c'est le patrimoine de tous les Normands qui n'en n'ont pas. La région doit être au service de tous les territoires et pour cela nous avons besoin de service public."

Les trains 

Nicolas Mayer-Rossignol : "Il faut différencier les TER qui dépendent de la région et qui marchent très bien des trains vers Paris qui fonctionnent mal et dépendent de la SNCF. J'entends "il faut sortir les bonnets rouges" (phrase d'Hervé Morin, candidat de la droite et du centre), c'est un peu limite. C'est grâce aux élus de Basse-Normandie que l'on a obtenu une ligne en fourche. En attendant la LNPN, on peut agir sur des choses concrètes : changer les rames (plus de 150 millions d'euros), créer des centres de maintenance, , installer le wifi dans les trains et les gares, améliorer l'accessibilité des gares. on vient d'ouvrir des abonnement entre Caen et Rouen moins chers, on a augmenté le cadencement l'après-midi notamment. "

Les projets de NMR sur le développement des trains en Normandie

La formation

Nicolas Mayer-Rossignol : "Nous essayons de faire du concret. Historiquement la Basse-Normandie avait un niveau d'apprentis assez bas et la conjoncture économique n'a rien arrangé. On a augmenté les niveaux de qualification, on a investi dans les CFA. Et nous avons crée un service d'orientation à l'échelle de la Normandie. La formation c'est aussi les lycées professionnels et la formation continue."

Les territoires ruraux

Nicolas Mayer-Rossignol : "Les territoires ruraux sont une très grande richesse, ils doivent être respectés. Il faut un contrat pour l'Orne avec des engagements sur les gares, le numérique, le soutien au monde agricole, la santé. Nous devons soutenir les territoires ruraux, les deux tiers des Normands n'habitent ni a Caen ni à Rouen."

Les territoires ruraux doivent bénéficier de contrats spécifiques

Nonant-Le Pin

Nicolas Mayer-Rossignol : "Nous continuons le combat. Nous soutiendrons les opposants au centre d'enfouissement de GDE à Nonant-Le Pin."

NMR souhaite lutter contre le centre d'enfouissement GDE dans l'Orne

Le nucléaire

Nicolas Mayer-Rossignol : "La politique énergétique est portée par l'Etat. Ce n'est pas la région qui décide de cela. Par contre la responsabilité des élus locaux et de faire que cela profite aux territoires. On ne vas pas réduire à zéro la part du nucléaire en France. Il faut développer les énergies renouvelables et les économies d'énergie surtout."