Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Régionales : Nouvelle Donne réhabilite le tirage au sort

lundi 9 novembre 2015 à 10:25 Par Florence Pérusin, France Bleu Gironde

La tête de liste pour le parti Nouvelle Donne été tirée au sort. Une manière pour le parti de restaurer la confiance perdue des électeurs envers une classe politique non professionnelle. Nicolas Péreira qui conduira cette liste dans notre région était ce matin notre invité.

Nicolas Péreira dans le studio de France Bleu Gironde
Nicolas Péreira dans le studio de France Bleu Gironde - Aurélie Bambuck

Bordeaux, France

 France Bleu Gironde : Le hasard fait-il bien les choses ?

Nicolas Péreira : "Pour Nouvelle donne, la désignation de la tête de liste par tirage au sort à laquelle vous faites allusion, ce n'est pas tout à fait le hasard. En fait, on a d'abord désigné un jury de citoyens tirés au sort. Ensuite, ce jury composé de huit adhérents de Nouvelle donne a fait passer un grand oral aux candidats pour conduire la liste pour les pré-sélectionner et ce n'est qu'ensuite que le tirage au sort a eu lieu. Il y a quand même des critères de motivation pris en compte mais tout le monde peut se présenter devant ce jury sans aucun critère préalable. A la différence des autres partis, nous avons voulu des listes complètement ouvertes.

Pourquoi pas un vote des adhérents pour désigner cette tête de liste ?

Le même choix du tirage au sort avait été fait aux européennes et il avait très bien fonctionné donc on a décidé de relancer l'expérience. Cependant, dans les départements certains ont choisi le tirage au sort complet, du premier jusqu'au dernier. D'autres comme nous en Gironde ont choisi un jury citoyen mais le but dans tous les cas, c'est d'innover dans la désignation de ceux qui représentent le mouvement et de ceux qui s'investissent en politique.

Quand vous dites aux gens que vous avez été tiré au sort, quelles sont les réactions ?

De l'étonnement en premier lieu c'est vrai, mais quand on est tiré au sort, on peut refuser d'y aller, ce qui signifie que si l'on y va, c'est bien qu'on est motivés.

Quel est votre cheval de bataille pour cette élection ?

Nous notre crédo c'est l'économie et la lutte contre le chômage. Aujourd'hui la situation de notre pays est catastrophique, sur ce point là entre autre. Nous on propose de relancer la notion de partage du temps de travail. Pas forcément de travailler moins, mais tous ensemble collectivement travailler le même nombre d’heures et donc individuellement un peu moins. Si l'on regarde ces dernières années le nombre d'heures travaillées par les français, ce nombre a diminué. Donc mécaniquement il  y a besoin de moins de monde...  il faut qu'on travaille tous ensemble pour le bien être collectif.

Vous avez négocié avec Alain Rousset en vue du second tour ?

Nous on se considère en dehors du clivage politique, on veut rénover les pratiques politiques et au PS on considère que les pratiques sont désuètes donc il n'est pas question de se rapprocher de qui que ce soit. On milite par ailleurs  pour le non cumul des mandats et la baisse des indemnités des politiques quand il ne viennent pas dans les assemblées.

"Nous voulons relancer la notion de partage du temps de travail"