Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Régionales : pourquoi le projet d'accord PC-LFI-PS a capoté

-
Par , France Bleu Nord

C'était la surprise dernière minute. Mardi 2 mars, La France Insoumise a annoncé avoir trouvé un accord pour une liste commune avec EELV pour le 1er tour des Régionales. Pourtant, le parti de Jean-Luc Mélenchon était en discussion très avancée avec le PS et le PCF.

Fabien Roussel (PCF), Ugo Bernalicis (LFI) et Patrick Kanner (PS)
Fabien Roussel (PCF), Ugo Bernalicis (LFI) et Patrick Kanner (PS) © Maxppp - .

C'est un coup de théâtre auquel on est habitué en politique. Jusqu'à ce mardi matin, le Parti Socialiste, le Parti Communiste et la France Insoumise était sur le point d'annoncer une liste d'union pour les élections régionales dans les Hauts-de-France. Il devait être entériné lors d'un Bureau National du PS le soir-même. Olivier Faure, le premier secrétaire du PS, en avait même fait la pierre angulaire d'un accord national entre socialistes et communistes : le patron du PCF et député du Nord, Fabien Roussel, prenait la tête de cet attelage, "sacrifiant" au passage le président du groupe PS au Sénat, Patrick Kanner. En échange, le PCF s'engageait à suivre les Socialistes partout ailleurs en France. 

Coup de Jarnac

Le Lillois Patrick Kanner semblait avoir fait le deuil de la tête de liste mais ce mercredi, il qualifie ce changement d'alliance de "coup de Jarnac"

La France Insoumise a enjambé Fabien Roussel et mis un coup de pied dans la fourmilière.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Pourquoi un tel revirement ? Jean-Luc Mélenchon n'aurait pas goûté ce coup de main donné à Fabien Roussel au scrutin régional, un potentiel concurrent pour la Présidentielle 2022. Le député de Saint-Amand-les-Eaux fait néanmoins le dos rond : "il y avait un engagement de principe, oral, de LFI pour travailler ensemble. On était sur le point de formaliser cet accord".

Il y a eu un changement en une nuit. Que s'est-il passé ? L'histoire nous le dira. Mais ce n'est pas grave.

Fabien Roussel souhaite continuer à discuter : "j'ai mis mas candidature à disposition mais je n'en ai jamais fait un préalable. Je reste motivé pour le rassemblement avec le respect des forces politiques. Il faut rassembler au moins 3 à 4 forces politiques".

Karima Delli a répondu dans un tweet ce mercredi soir, ne fermant la porte à aucune nouvelle alliance.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Etats généraux de la gauche

Patrick Kanner souhaite lui aussi poursuivre les discussions. Le sénateur du Nord propose des "états généraux de la gauche pour pointer les points d'accord mais aussi de désaccords s'il y en a". Et il y en a évidemment entre écologistes et communistes notamment sur la question d'un futur EPR à Gravelines. Le sénateur lillois pose du coup cette question sur le programme : 

Dans quelles conditions un accord à 4 est-il possible ?

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Patrick Kanner qui souhaite également que Karima Delli, la cheffe de fille EELV dans les Hauts-de-France, prenne "en compte la place centrale du PS dans cette région". Les Socialistes qui ont conservé quelques bastions lors des dernières municipales (Lille, Lens, Liévin, Armentières,...) quand les gains écologistes ou LFI ont été maigres (3 villes de la région gérées par ces deux formations).

Choix de la station

À venir dansDanssecondess