Politique

Régionales - UMP : la protégée d'Alain Juppé devra attendre

France Bleu Gironde jeudi 16 avril 2015 à 17:24

Virginie Calmels, en conseil municipal à Bordeaux au côtés d'Alain Juppé
Virginie Calmels, en conseil municipal à Bordeaux au côtés d'Alain Juppé © Radio France

La commission nationale d'investiture de l'UMP devait officialiser ce jeudi la candidature de Virginie Calmels, l'ex-patronne d'Endemol, comme tête de liste pour les élections régionales de décembre prochain en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes. Mais la décision a finalement été reportée.

 On peut parler de contre-temps pour Alain Juppé. Le maire de Bordeaux avait annoncé le week-end dernier aux élus locaux le nom de celle qu'il avait choisie pour mener  la liste UMP-UDI-MODEM pour les régionales de décembre prochain en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes :  en l'occurence, Virginie Calmels,son adjointe à l'économie.

Or, la candidature de l'ex-patronne d'Endemol  ne semble pas faire l'unanimité. La commission nationale d'investiture de l'UMP , qui devait officialiser ce choix, a décidé jeudi matin  de reporter sa décision.

"L'investiture pour la région Aquitaine a été reportée afin de permettre à tous les candidats de présenter leurs projets." — Communiqué publié à la fin de la réunion

L'instance, chargée de désigner les têtes de liste pour le scrutin prévu en fin d'année, ajoute qu'elle se réunira à nouveau d'ici quelques semaines, sans donner de date précise.

La commission d'investiture de l'UMP a repoussé sa décision

Apparemment, selon plusieurs sources, ce sont Jean-François Copé et Henri Guaino qui sont montés au créneau pour contester la candidature de cette novice en politique, élue depuis les municipales de mars 2014, et qui n'est même pas encartée à l'UMP.

"On ne va tout de même pas mettre Loana dans les rues ! " Henri Guaino , cité par l''Express.fr

Jean-Pierre Raffarin, qui s'était mis d'accord avec Alain Juppé et Nicolas Sarkozy pour avancer la candidature de Virginie Calmels, était le seul présent pour défendre ce choix. Voyant q'ul vote pourrait lui être défavorable, Christian Estrosi, le président de la commission, a préféré repousser la décision.

Plusieurs autres candidats sont sur les rangs, dont  Antoine Audi, le maire de Périgueux.

Au centre aussi, certains sont interessés par cette tête de liste, dont Jean Lassalle, le député Modem du Béarn, qui maintient sa candidature

À LIRE AUSSI ► Régionales : Jean Lassalle surpris par le choix d'Alain Juppé