Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Régionales : les attentats joueront sur le choix des électeurs

-
Par , France Bleu Gironde
Bordeaux, France

Le premier tour des élections régionales a lieu dans deux semaines. Ce samedi, au marché des capucins à Bordeaux, militants et candidats distribuaient des tracts pour sensibiliser la population au vote. Après les attentats, les électeurs sont persuadés qu'il y aura un impact aux urnes.

Frédéric Mellier, militant du Front de Gauche, en campgne ce samedi.
Frédéric Mellier, militant du Front de Gauche, en campgne ce samedi. © Radio France - Pauline Pennanec'h

Suite aux trois jours de deuil national décrétés après les attentats de Paris, les candidats ont repris leur campagne, difficilement. Opération de tractage pour les différents partis, ce samedi 20 novembre. Olivier Cazaux, candidat sur la liste Europe Ecologie Les Verts, tente l'approche auprès de ses concitoyens : "Effectivement, on a un peu l'esprit ailleurs. Ça n'est pas facile. On voit que les gens restent attentifs, ils sont plus pressés, mais ils ont besoin de discuter" explique le candidat des Verts.

Les gens ont besoin de discuter de ce qu'il s'est passé

— Olivier Cazaux, candidat sur la liste Europe Ecologie Les Verts

Il donne un tract à François, qui fait ses courses, panier au bras. "Après les délais de décence, le deuil ne peut pas servir de prétexte à l'abstention" souffle-t-il. Elizabeth termine son tour de marché et prend un tract avec plaisir : "Je pense qu'il faut rester citoyen encore plus, continuer à voter et à participer" dit-elle.

Les attentats joueront sur le choix de 43% des électeurs

Au marché des Capucins, on ressent une certaine tension, avoue Frédéric Mellier. Le militant du Front de Gauche distribue des tracts à l'entrée du marché : "Je ne suis pas sûr que les Régionales soient la première des préoccupations aujourd'hui. Mais il faut que le débat démocratique continue" explique-t-il. 

Frédéric Mellier, militant du Front de Gauche : "Il faut continuer le débat"

Matthieu, 31 ans, pense justement que les attentats auront un effet sur ces élections régionales : "Je pense qu'il y aura un relent d'implication politique. Notre génération des 25-35 ans a tendance à ne pas s'investir. L' 'effet attentat' aura au moins le mérite d'avoir 'cet effet positif' de se dire 'peut-être qu'il faut commencer à s'impliquer politiquement'" explique-t-il.

Et il n'est pas le seul à penser cela : 43% des Français qui comptent voter au premier tour déclarent que les attentats du 13 novembre vont jouer sur leur choix.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess