Politique

Reims Métropole: Catherine Vautrin élue présidente

Par Aurélie Jacquand, France Bleu Champagne-Ardenne mardi 15 avril 2014 à 10:13

Catherine Vautrin, députée de la Marne
Catherine Vautrin, députée de la Marne © IP3PRESS/MAXPPP - Isore/Morin

Au lendemain de son élection à la tête du conseil communautaire de Reims Métropole, Catherine Vautrin s'exprime sur France Bleu Champagne-Ardenne et nous présente ses projets, notamment la baisse de la TEOM.

Sans surprise, Catherine Vautrin a été élue présidente du Conseil Communautaire de Reims Métropole, lors du tout premier conseil depuis les élections municipales. 

Au total, Reims Métropole compte 81 conseillers communautaires, dont 15 vice-présidents . C’est une nouveauté puisque désormais, chaque ville faisant partie de Reims Métropole est représentée par un vice-président. Seule la ville de Reims n’a pas de vice-président puisque les élus rémois font partie du bureau de Reims Métropole, à des postes de conseillers délégués.

Catherine Vautrin était notre invitée à 8H10. Elle est revenu sur les grands projets de Reims Métropole pour sa mandature.

Catherine Vautrin revient sur son élection à la présidence de Reims Métropole et sur la réforme des rythmes scolaires

Un élargissement éventuel de Reims Métropole Catherine Vautrin n’exclue pas de discuter avec d’autres communautés de communes, comme celle de Champagne-Vesle ou de Châlons-en-Champagne pour travailler ensemble à l’avenir.

La baisse de la TEOM Arnaud Robinet et Catherine Vautrin avaient promis de baisser la taxe sur l’enlèvement des ordures ménagères de 20%. La présidente de Reims Métropole confirme. Elle évoquera le sujet dès ce mercredi avec le bureau des maires et présentera ensuite son projet le 23 avril lors du conseil communautaire. Les taux doivent être votés avant le 30 avril pour être opérationnels dès cette année.

Les transports dans l’agglomération Les transports rémois affichent un déficit de 10 à 12 millions d'euros. Ils sont gérés par un partenariat public-privé, dénoncés par les salariés. Catherine Vautrin souhaite revoir le contrat, elle se penchera sur le dossier dès ce mois-ci.

La réforme des rythmes scolaires   Plusieurs maires UMP, dont Hubert Falco à Toulon et Christian Estrosi à Nice, ont annoncé qu'ils n'appliqueraient pas cette réforme à la rentrée prochaine, malgré le fait que la loi les y oblige. Manuel Valls a lui-même déclaré qu'un assouplissement du cadre des rythmes scolaires était à prévoir. Le ministre de l’éducation Benoît Hamon, assure de son côté que cette réforme ne sera pas reportée, mais qu'elle pourrait être aménagée et complétée par des «expérimentations utiles». Catherine Vautrin veut que cette loi soit supprimée. En tant que députée elle va interroger le gouvernement sur la question.