Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Remaniement : à la Justice, Eric Dupond-Moretti promet du dialogue et esquisse son programme

-
Par , France Bleu, France Bleu Nord

Lors de la passation de pouvoirs ce mardi au ministère de la Justice, le nouveau garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti a voulu rassurer les magistrats en expliquant ne mener "de guerre à personne". Il a également souligné qu'il portera "la réforme du parquet".

Eric Dupond-Moretti, nommé ministre de la Justice, lors de la passation de pouvoirs avec Nicole Belloubet.
Eric Dupond-Moretti, nommé ministre de la Justice, lors de la passation de pouvoirs avec Nicole Belloubet. © Maxppp - Sébastien Muylaert

"Je serai le garde des Sceaux du dialogue" : c'est ce qu'a promis Eric Dupond-Moretti ce mardi lors de la passation de pouvoirs avec Nicole Belloubet. Le nouveau garde des Sceaux a voulu rassurer les magistrats et a même esquissé ses grands projets au ministère de la Justice.

"Je ne fais de guerre à personne"

"Je ne fais de guerre à personne, je veux avec vous garder le meilleur et changer le pire", a assuré Eric Dupond-Moretti. Le ténor du barreau a adressé pour son premier jour un message d'apaisement aux magistrats. Lundi soir, l'Union Syndicale des Magistrats (USM) avait déclaré que sa nomination était "une déclaration de guerre à la magistrature".

Selon l'USM, le nouveau ministre "méprise" la profession et souhaite "la suppression de l'Ecole nationale de la magistrature". Mais ce mardi, Eric Dupond-Moretti a souligné qu'il serait un ministre "du dialogue" : "Ce n'est pas le ministère de la guerre mais celui des libertés", a notamment déclaré le garde des Sceaux.

J'accepterai la contradiction dont j'ai toujours été le fervent défenseur. - Eric Dupond-Moretti

Le nouveau ministre veut porter "la réforme du parquet"

Lors de son discours, Eric Dupond-Moretti a également présenté les grands axes de sa future politique. Il a promis que son ministère "sera celui de l'antiracisme et des droits de l'Homme".

"Je veux avancer sur un projet qui me tient à cœur : l'indépendance de la justice. Je souhaite être le garde des Sceaux qui portera enfin lors d'un congrès la réforme du parquet tant attendue", a également affirmé le désormais ex-avocat. Un défi car, depuis des années, le rattachement des magistrats du parquet à la Chancellerie est très critiqué : certains dénoncent un manque d'indépendance de l'institution judiciaire. Pour modifier ce statut, il va falloir passer par une révision constitutionnelle, avec l'accord de l'Assemblée nationale et du Sénat.

Le ministre a aussi souligné qu'il portera plusieurs réformes déjà engagées par Nicole Belloubet : "La PMA, le parquet européen". Il veut aussi "restaurer le secret professionnel des avocats".

"Indéfectible soutien" à l'administration pénitentiaire

Le nouveau garde des Sceaux a également souligné les "conditions de vie inhumaines et dégradantes" des détenus en France. Il a assuré l'administration pénitentiaire de son "indéfectible soutien". 

Eric Dupond-Moretti leur réserve d'ailleurs sa première visite en temps que ministre ce mardi après-midi. Il se rend en effet au centre pénitentiaire de Fresnes à 18h30. 

Le ministre a évoqué, mais sans la nommer, l'enquête polémique du parquet national financier dans laquelle plusieurs avocats, dont Eric Dupond-Moretti, ont été mis sur écoute. "Je veillerai à ce que les enquêtes préliminaires restent préliminaires et ne soient pas éternelles", a expliqué le garde des Sceaux.

Il a également annoncé vouloir mener un travail "sur la présomption d'innocence et le secret de l'enquête", "des journalistes seront associés à ces réflexions". "La justice ne se rend pas dans la rue, ni sur les réseaux sociaux, ni dans les médias", a souligné Eric Dupond-Moretti. L'honneur des Hommes ne mérite d'être jeté aux chiens".

Enfin, le ministre de la Justice a dit vouloir "une justice plus proche des citoyens", avec notamment "un meilleur accueil des victimes" : "Est-il admissible aujourd'hui qu'une victime ne soit pas systématiquement entendue ?".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess