Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Remaniement : le Cantalien Jacques Mézard sort du gouvernement

mardi 16 octobre 2018 à 10:09 - Mis à jour le mardi 9 octobre 2018 à 8:37 Par Eric Le Bihan, France Bleu Pays d'Auvergne

Le Cantalien sera resté 17 mois dans l'équipe gouvernementale. Après un bref passage par le Ministère de l'agriculture, Jacques Mézard était en charge de la cohésion des territoires. Le nouveau remaniement et son image de ministre des champs ont fini par sceller son sort.

Jacques Mézard sera resté sept au gouvernement
Jacques Mézard sera resté sept au gouvernement © Maxppp - Frédéric Dugit

Cantal, France

C'était une rumeur. Elle s'est concrétisée ce mardi en milieu de matinée. Nommé Ministre de la cohésion des territoires après avoir piloté pendant un mois le ministère de l'Agriculture, Jacques Mézard est donc une des victimes collatérales de ce énième remaniement ministériel. L'ancien sénateur PRG du Cantal avait été "récompensé" de son implication dans le comité stratégique de la campagne d'Emmanuel Macron. Un engagement qui lui a valu son entrée au gouvernement.

On n'est pas au gouvernement pour être heureux -Jacques Mézard

Depuis la nomination d’Édouard Philippe comme Premier Ministre au printemps 2017, le Cantalien était notamment en charge des politiques du logement. Un sujet brûlant marqué par la véhémence des bailleurs sociaux. Décrit comme peu à l'aise dans l'équipe gouvernemental et qualifié de "ministre des champs", Jacques Mézard faisait partie des candidats potentiels à l'éjection présentielle. Il est remplacé par Jacqueline Gourault, qui hérite d'un grand ministère de la cohésion des territoires. 

Retour au palais du Luxembourg ?

Le départ de Jacques Mézard ne faisait pas l'unanimité au sein de la majorité. Des piliers de la Macronie militaient pour qu'il reste, car un départ de l'ex-président du groupe radical au Sénat "serait un mauvais message à envoyer au Sénat", notamment dans le cadre de la révision constitutionnelle pour laquelle chaque voix comptera.

Jacques Mézard, ancien bâtonnier du barreau d'Aurillac, avait déclaré lors d'une visite ministérielle dans le Cantal : "On n'est pas au gouvernement pour être heureux, mais pour travailler. Tant que le président me fait confiance, je n'ai pas de raison de bouger contrairement à ce qui se dit ! ". Désormais ce ne sont plus des rumeurs pour l'ancien sénateur du Cantal. Si ce n'est celle d'une possible nomination au Conseil Constitutionnel dont trois membres (dont le puydomois Michel Charasse) doivent être renouvelés au mois de mars prochain.

Castaner à l'Intérieur, Riester à la Culture, Guillaume à l'Agriculture

Ce nouveau remaniement voit donc Christophe Castaner, jusqu'ici chef du parti LREM, nommé au ministère de l'Intérieur pour remplacer le Lyonnais Gérard Collomb. Il sera secondé par Laurent Nuñez. Stéphane Travert sort de l'agriculture et cède sa place à Franck Riester. Autre départ, celui de la Ministre de la Culture Françoise Nyssen, en proie à des soucis judiciaires avec l'affaire des travaux non déclarés pour les locaux de sa maison d'édition.