Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Remaniement : les ministres pressentis au gouvernement, ceux sur le départ

lundi 8 octobre 2018 à 8:04 - Mis à jour le lundi 8 octobre 2018 à 11:50 Par Pierre Emparan, France Bleu

Après le départ de Gérard Collomb du ministère de l'Intérieur, le remaniement du gouvernement devrait être annoncé ce lundi ou plutôt mardi. Le gouvernement Philippe III devrait être en place mercredi, pour le prochain Conseil des ministres. Déjà beaucoup de noms de sortants et d'entrants circulent.

L'Elysée avant le prochain remaniement du gouvernement.
L'Elysée avant le prochain remaniement du gouvernement. © Maxppp - Frédéric Dugit

Le suspense sur le remaniement gouvernemental devrait prendre fin en ce début de semaine. La composition du gouvernement Philippe III  pourrait être dévoilée ce lundi ou plutôt mardi. C'est-à-dire avant le Conseil des ministres de mercredi et le départ dans la foulée d'Emmanuel Macron pour le Sommet de la francophonie en Arménie.

Une semaine pour trouver un successeur à Gérard Collomb

Comme pour le remplacement, début septembre, de Nicolas Hulot, il faudra donc plus d'une semaine pour trouver un successeur à Gérard Collomb dont la démission a été acceptée le 2 octobre par Emmanuel Macron. 

Le temps de passer les nouveaux entrants au scanner de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique précise le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux. Comme "on prend des gens compétents", également "issus de la société civile", cela nécessite des vérifications notamment d'éventuels conflits d'intérêts, a-t-il justifié.  

Pas sûr que le nouveau titulaire soit connu avant le G6 de ce lundi soir à Lyon où se réunissent les ministres de l'Intérieur des six plus grands pays de l'UE.

Castaner, Le Drian ou François Molins ?

Les spéculations pour succéder à Gérard Collomb au ministère de l'intérieur vont bon train. Les noms de Christophe Castaner (Délégué général de La République en marche), Jean-Yves Le Drian (Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères) ou Gérald Darmanin (Ministre de l'Action et des Comptes publics) ont circulé dans les médias. 

Pour obtenir la confiance des Français, de simples  déplacements de ministres ne peuvent suffire. L'exécutif ne veut plus de barons locaux, voudrait à la fois faire monter la jeune garde politique "macronienne" et des hommes ou des femmes politique ayant un peu plus de poids.

De plus en plus d'autres noms apparaissent comme François Molins (Procureur de la République de Paris), Mireille Ballestrazzi (Directrice centrale de la police judiciaire) ou encore Jean Castex (l'ancien Secrétaire général adjoint de la présidence de Nicolas Sarkozy).

Mais le conseiller du Premier ministre, Gilles Boyer, rappel que rien n'est fait. Sur Twitter il commente "Le nombre de bêtises, fake news, manips, noms jetés en pâture sur le remaniement, c'est vertigineux".

Un "nouveau souffle" pour l'an II de Macron        

Ce remaniement qu'Emmanuel Macron aurait préféré voir après les élections européennes (de mai 2019), doit permettre de donner un nouveau souffle à son quinquennat. 

Le moment politique est délicat à gérer pour l'Elysée : dans le dernier baromètre Odoxa pour France Inter, l'Express et la Presse régionale, Emmanuel Macron rebondit de 4 points, à 33% d'opinions favorables, mais il est loin de rattraper le terrain perdu (12 points de moins en septembre). 

Emmanuel Macron veut "rester fidèle au projet initial" mais il veut "un nouveau souffle. Nous devons libérer, protéger et unir", affirme Richard Ferrand, un très proche du chef de l'Etat, dans le Journal du Dimanche.

Edouard Philippe pourrait solliciter un vote de confiance de l'Assemblée

Edouard Philippe qui devrait être conforté dans ses fonctions pourrait conserver quelques uns de ses ministres notamment à l'Économie, l'Éducation et au Travail.  Bruno Le Maire "aime" ce qu'il fait et "souhaite poursuivre" à Bercy, a-t-il déclaré dimanche. 

Pour donner une nouvelle impulsion et tenter de faire oublier la rentrée calamiteuse Edouard Philippe pourrait prononcer un discours de politique générale et de solliciter un vote de confiance de l'Assemblée nationale.  

Stéphane Travert, Françoise Nyssen, Jacques Mézard sur le départ

Le nom de Marc Fesneau, à la tête des députés MoDem, est cité pour succéder à Stéphane Travert à l'Agriculture. 

Jacqueline Gourault, actuelle ministre auprès du ministre de l'Intérieur, pourrait officiellement se voir attribuer les dossiers des collectivités locales, afin d'envoyer un signe aux territoires.

Parmi les ministres qui pourraient être poussés vers la sortie : Françoise Nyssen (Culture), fragilisée par une enquête préliminaire sur des travaux d'agrandissement dans les locaux d'Actes Sud, et Jacques Mézard (Cohésion des Territoires), tandis que son actuel secrétaire d'Etat Julien Denormandie pourrait obtenir un ministère du Logement.