Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Remaniement - Sandrine Doucet (PS) : "Au moins les choses sont dites"

mardi 26 août 2014 à 10:23 Par Florence Pérusin, France Bleu Gironde

La députée socialiste de Gironde, qui fait partie des parlementaires frondeurs à l'Assemblée nationale, avoue avoir été surprise par l'annonce d'un remaniement hier mais estime qu'il a au moins une vertu : celle d'avoir fait éclater les débats au grand jour. Entretien.

Sandrine Doucet dans le studio de France Bleu Gironde
Sandrine Doucet dans le studio de France Bleu Gironde © Radio France - Aurélie Bambuck

Vous attendiez-vous à un remaniement?

Sandrine Doucet : Non absolument pas ! C'est un coup de théâtre, un acte politique fort mais autant du côté de Manuel Valls que du côté des trois ministres qui annoncent qu'ils ne veulent plus participer au gouvernement (Arnaud Montebourg, Benoît Hamon et Aurélie Filipetti).

À quand remonte selon vous la crise au PS ?

L'acte fondateur, c'était pour moi il y a dix jours, quand on nous a encore annoncé de mauvais chiffres économiques. Au bout d'un moment il faut infléchir une politique si elle n'a pas d'effet. Ce n'est pas notre fronde qui a tout déclenché mais plutôt cette conjoncture économique. Les habitants de ce pays et les militants socialistes se sont mobilisés en 2012 pour un programme qui peine pour l'instant à se mettre en place.

Au contraire dans les difficultés, ne vaut-il mieux pas faire corps ?

Peut-être mais cela implique aussi le risque de rétrécir notre base politique à gauche. Hors nous, les socialistes avons le devoir de représenter les sans-voix, ceux qui basculent dans les extrêmes principalement au Front national car ils ne se sentent plus du tout écoutés.

Est-ce comme ça que l'on va réconcilier les militants PS avec la politique ?

Ces militants vont avoir la parole pendant quatre jours à La Rochelle et ils vont pouvoir nous dire ce qu'ils veulent. Maintenant que les points de vue des uns et des autres sont clairement exprimés, au moins on sait à quoi s'en tenir.