Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : neuf départements maintenus en vigilance rouge, 53 en orange

Remaniement : "tout ça pour ça", réagit Stéphane Troussel, le président de la Seine-Saint-Denis

-
Par , France Bleu Paris

Le nouveau gouvernement est une "confirmation de l'orientation à droite par le président", a réagi ce mardi sur France Bleu Paris Stéphane Troussel, président socialiste de la Seine-Saint-Denis. Il dit aussi attendre des "engagements" du président sur les JO de Paris 2024.

Stéphane Troussel, président socialiste de la Seine-Saint-Denis.
Stéphane Troussel, président socialiste de la Seine-Saint-Denis. © Radio France - Mélodie Pépin

Au lendemain du remaniement, Stéphane Troussel, invité sur France Bleu Paris, ce mardi, se dit _"pas vraiment surpris"_par ce nouveau gouvernement qui penche à droite selon lui. 

Le président socialiste du conseil départemental de Seine-Saint-Denis, estime que "Jacques Chirac ou Nicolas Sarkozy auraient pu composer le même gouvernement, les postes clés sont tenus par des ministres de la droite."

"Tout ça pour ça, on nous annoncé un changement de cap, très franchement à part quelques surprises pour faire un peu de com, c'est très classique, et c'est surtout une confirmation de l'orientation à droite par le président de la République", abonde Stéphane Troussel.

Parmi les surprises de ce nouveau gouvernement, il y a le très médiatique Eric Dupont-Moretti, le ténor du barreau qui prend le ministère de la justice. "Est-ce que le tonitruant nouveau ministre aura une capacité d'obtenir les moyens pour la justice dans notre pays, on verra bien", ajoute le Stéphane Troussel qui avait déjà alerté sa prédécesseur, Nicole Belloubet, sur l'état du tribunal de Bobigny qui accumule les retards d'audience. "Ce que je constate c'est que le premier ministre précédent était venu en 2019 pour tirer les conclusions d'un rapport parlementaire sur la situation de la Seine-Saint-Denis, il n'y a pas grand chose qui a changé."

La Seine-Saint-Denis pourrait perdre des sites pour les JO de Paris 2024

Par ailleurs, concernant le dossier JO de Paris 2024, Stéphane Troussel dit attendre du chef de l'Etat qu'il soit "le garant des engagements qui ont été pris envers la Seine-Saint-Denis, pour en faire un accélérateur des transformations pour les habitants", alors que des réflexions sont en cours pour faire des économies en sacrifiant peut-être plusieurs sites du département, comme le celui du volley-ball au Bourget et celui du tir à la Courneuve.

Pour le président de la Seine-Saint-Denis, Emmanuel Macron doit envoyer un signal, "il y aurait un grand paradoxe, que la première décision de ce nouveau gouvernement ce soit finalement d'affaiblir l'héritage matériel et immatériel de la Seine-Saint-Denis, j'en tirerais la conclusion que les larmes qui ont été versées pendant des semaines, avec la crise du Covid, ne soient que des larmes de crocodiles."

Les économies doivent se trouver ailleurs, pour Stéphane Troussel, qui plaide pour des jeux "sobres" mais "s'il faut avoir des jeux moins bling bling, pourquoi pas, mais je suis très surpris qu'à chaque fois qu'on pense économie, on cible la Seine-Saint-Denis."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess