Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Remous internes : des militants LREM en Corrèze contestent la stratégie pour les municipales

-
Par , France Bleu Limousin

En Corrèze, des militants LREM s'émeuvent de la stratégie décidée par le parti pour les élections municipales de mars 2020. Certains pointent une décision venue d'en haut et ont déposé un recours.

La stratégie de LREM en Corrèze n'est pas partagée par tous les adhérents du parti
La stratégie de LREM en Corrèze n'est pas partagée par tous les adhérents du parti © Maxppp - Vincent Isore

Brive-la-Gaillarde, France

Il y a quelques remous au sein de La République en Marche, en Corrèze. Des militants n'adhèrent pas à la stratégie décidée par le parti pour les élections municipales de mars 2020. Il y a quelques jours, la référente, Patricia Bordas, a annoncé qu'il n'y aura pas de listes à part entière LREM, mais au contraire des soutiens ou des participations à des listes.

C'est notamment le cas à Brive, où LREM va soutenir Frédéric Soulier, le maire sortant Les Républicains. La méthode est pointée du doigt car cela a été soumis à onze militants rassemblés lors d'une réunion en début de semaine dernière. " J'aurai bien voulu y être " mais il n'en était pas, Pierre Blanc, pourtant suppléant de Patricia Bordas lors des dernières élections législatives où le duo a été battu de 25 voix au second tour. " On m'a appelé pour me dire que ma présence n'était pas souhaitable. Je commence à comprendre pourquoi ". La rupture semble consommée.

" Il n'y a pas eu de vote "

" C'est une réunion qui a été faite sous forme d'un tour de table " détaille Jean-Pierre Nadin qui, lui, y était. " Il n'y a pas eu de vote. Chacun s'est exprimé à tour de rôle, mais on attend toujours ce que l'autre va dire pour voir ce que nous on va dire " continue l'ex adhérent Modem et ancien colistier du socialiste Philippe Nauche à la mairie de Brive. Il ne partage pas la décision de ne pas présenter de liste. " Parce que quand on fait des scores comme ceux des législatives et des européennes, moi je ne suis pas prêt à me coucher comme il vient de l'être décidé ". Il pointe le fait que la LREM a oublié ses 400 adhérents en Corrèze, dont plus de 200 à Brive dans cette décision.

" Les avis étaient convergents avec la stratégie proposée "

Ce que conteste Philippe Lescure, responsable du comité Brive en Marche. " Depuis des semaines et des mois, ceux qui ont voulu travailler dans ce projet ont pu le faire. Jean-Pierre Nadin en a fait partie " lance-t-il. " Mais les statuts de LREM, qui peuvent évoluer, ne prévoient pas un vote des militants tel qu'on pouvait le concevoir. On a recueilli des avis divers et variés. Je note qu'ils étaient convergents avec la stratégie proposée, celle d'un soutien à Frédéric Soulier car c'est de cette façon que nous nous sentons le plus utiles ". Les premiers soupçonnent des arrangements négociés avec le maire de Brive sortant, ce que dément Philippe Lescure. " Si quelqu'un est capable d'affirmer cela avec des éléments, qu'il le fasse. Rien n'a été négocié. _On essaye de faire de la politique un peu différemment_, je peux entendre que c'est difficile à comprendre ". En attendant, un recours vient d'être fait auprès des instances nationales du parti par les militants opposés à la stratégie corrézienne. C'est in fine, la commission nationale qui tranchera la posture à adopter.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu