Politique

Renoncement de François Hollande : les réactions en Dordogne

Par Benjamin Fontaine, France Bleu Périgord jeudi 1 décembre 2016 à 22:44

Germinal Peiro, Dominique Bousquet, Pascal Deguilhem et Michel Moyrand
Germinal Peiro, Dominique Bousquet, Pascal Deguilhem et Michel Moyrand © Radio France - Benjamin Fontaine

Ce jeudi 1er décembre, François Hollande a annoncé qu'il ne serait pas candidat à sa succession en 2017. A droite comme à gauche, découvrez les réactions des hommes politiques périgourdins.

François Hollande ne sera pas candidat à la présidentielle de 2017. Le président a fait cette annonce ce soir depuis l'Elysée. Une décision annoncée alors que le dépôt des candidatures pour la primaire de la gauche vient d'ouvrir.

En Dordogne, terre socialiste ou le président compte plusieurs amis, la nouvelle a été accueilli avec étonnement. "C'est une décision courageuse. Il a pensé en Homme d'Etat" souligne Olivier Chabreyrou secrétaire fédéral du Parti Socialiste en Dordogne. "J'aspirais à ce qu'il puisse continuer son action. Il entend laisser la possibilité à la gauche d'offrir une candidature plus rassembleuse. Je pense encore qu'il était la meilleure carte pour la présidentielle, cette décision m'affecte" a expliqué le député Pascal Deguilhem. "Je suis retournée au PS quand François Hollande en a pris les rênes, je vais quitter mon mandat quand lui quittera l'Elysée" souligne l'élu.

Pascal Deguilhem "je pense qu'il était la meilleure carte"

Autre fidèle parmi les fidèles, Michel Moyrand, ancien maire de Périgueux met en avant la dignité avec laquelle le président s'est exprimé. "J'ai appris cette décision avec un brin de tristesse et une très grande fierté de voir qu'un homme d'état avait ce courage. Il l'a fait pour la France et pour la gauche. Je suis fier de côtoyer cet homme qui est mon ami."

Michel Moyrand "je suis fier de côtoyer cet homme"

Le président du conseil départemental et député Germinal Peiro s'est dit très attristé par la nouvelle. "Il va nous manquer quelque chose dans cette campagne c'est le fait de pouvoir affronter la droite bilan contre projet. On n'a pas jugé son bilan de façon lucide et juste. Quand les Français le feront il sera trop tard." Germinal Peiro qui appelle Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron a se présenter à la primaire. "Il en va du rassemblement de la gauche."

Germinal Peiro "son bilan n'a pas été jugé de façon juste et lucide"

Beaucoup moins étonné, Thomas Michel, animateur du mouvement des jeunes socialistes estime que "par rapport aux engagements tenus sur le chômage et par rapport à sa popularité il a fait un choix réaliste." Le patron du parti "Les Républicains" en Dordogne, Dominique Bousquet est évidemment moins tendre avec François Hollande même s'il tient saluer sa lucidité."C'est un Président qui risquait d'être désavoué dans sa Primaire et cela allait être difficile de finir son mandat. Le parti est un champ de ruines. Je crois que c'est l'échec d'un homme et la disparition du parti tel qu'on l'a connu jusqu'à présent."

Dominique Bousquet "c'est l'échec d'un homme"

Partager sur :