Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Repasser les routes départementales à 90 km/h, un sujet qui divise les politiques en Isère

-
Par , France Bleu Isère

Le retour de la limitation à 90 km/h au lieu de 80 km/h. C'est l'une des propositions du président sortant du département, Jean-Pierre Barbier, pour les élections départementales des 20 et 27 juin. Une proposition qui divise les politiques en Isère.

Image d'illustration
Image d'illustration © Maxppp - Quentin Salinier

Repasser la limitation de vitesse de 80 km/h à 90 km/h sur les routes départementales c'est possible et ce, depuis janvier 2020. D'ailleurs quatre départements français ont entièrement adopté les 90 km/h (Allier, Corrèze, Creuse et Cantal) et 35 partiellement. En Isère, Jean-Pierre Barbier, le président du département, a annoncé qu'il voulait également suivre le mouvement. 

Un passage à 90 km/h avec prudence 

Cette décision est importante pour le président du département. Il y pense depuis longtemps. Mais Jean-Pierre Barbier veut rester prudent. Les panneaux rouge et blanc 90 km/h ne vont pas réapparaître du jour au lendemain. "Déjà, ce ne sont pas toutes les routes qui vont repasser à cette vitesse mais tout ceci va se faire de manière progressive. Tout doit être encadré car _la sécurité reste notre priorité_", insiste-t-il. Il assure même qu'il voulait prendre cette décision depuis le début. 

"Il se décide enfin à faire demain ce qu'il n'a pas fait hier" - Alexis Jolly, responsable départemental du RN 38 

À cette affirmation, l'opposition grince des dents et dénonce une manœuvre politique à cinq semaines des élections départementales. "Il avait la possibilité d'augmenter cette limitation de vitesse depuis longtemps et il ne l'a pas fait. Probablement pour des raisons électoralistes, il se décide enfin à faire demain ce qu'il n'a pas fait hier", se désole Alexis Jolly, responsable départemental du Rassemblement National en Isère. Mais Jean-Pierre Barbier se défend. Pour lui cette attaque n'est pas justifiée : "En janvier 2020, les priorités du département étaient orientées vers la crise sanitaire. Si à cette période, nous avions pris la décision de nous occuper de ça, les citoyens n'auraient pas compris", explique-t-il. 

Une opposition pour ou contre les 90 km/h ? 

Le Rassemblement National est cependant d'accord avec cette hausse de la limitation de vitesse : "Déjà en 2018 quand le gouvernement avait pris cette décision le Rassemblement National s'était opposé. _Nous avions même diffusé une pétition_". Selon Alexis Jolly, cette mesure n'a pas fait ses preuves et il n'y voit aucun problème de sécurité routière. 

"C'est une erreur de jouer avec la sécurité des Isérois et des Iséroises" - Erwann Binet, conseiller départemental Le Printemps isérois à Vienne

C'est tout le contraire du côté du Printemps isérois. L'alliance de gauche s'oppose catégoriquement à cette mesure. Erwann Binet, élu à Vienne s'inquiète. Pour lui, les chiffres de la mortalité risquent d'augmenter : "Entre 2018 et 2019 en Isère on a enregistré une augmentation du nombre de décès sur la route de 39 %. Certes en 2020, il y a eu une baisse, notamment due à la crise sanitaire et la diminution du trafic mais il y a quand même 45 décès, 707 blessés et pour un grand nombre d'entre eux, c'est lié à une vitesse excessive. C'est une erreur de jouer avec la sécurité des Isérois et des Iséroises." 

La limitation des 80 km/h est en place depuis juillet 2018 sur les routes de France. Il y a eu 331 morts de moins entre cette date et décembre 2019 par rapport à la période 2013/2017 selon la conclusion d'un rapport d'évaluation du Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema). 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess