Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Report de la vente des Girondins : "le vent est en train de tourner" pour les Ultramarines

vendredi 28 septembre 2018 à 12:11 Par Pierre-Marie Gros, France Bleu Gironde et France Bleu

Pour Florian Brunet, la vente des Girondins de Bordeaux au fonds d'investissement américain GACP est bel et bien compromise, après la décision des élus de la Métropole de reporter de quinze jours leur vote sur ce rachat. "Nos arguments ont été entendus", se félicite le porte-parole des Ultramarines.

Les Ultramarines , dans le virage Sud du Matmut Atlantique
Les Ultramarines , dans le virage Sud du Matmut Atlantique © Radio France - Justine Hamon

Bordeaux, France

France Bleu Gironde : Comment accueillez-vous cette décision de la Métropole de repousser le vote sur le rachat des Girondins? 

Florian Brunet, porte-parole des Ultramarines : on a d'abord l'impression d'avoir été entendus. On l'avait déjà senti lorsqu'Alain Juppé nous a reçu longuement pour évoquer le sujet. Il nous avait écouté avec beaucoup d'attention, et dans tout ce qui a été dit pour justifier ce report, on retrouve beaucoup de nos arguments. Cela prouve que nous étions dans le vrai, et que notre analyse était pertinente. 

Pourquoi vous êtes vous opposés dès le départ à ce rachat ? 

Depuis le départ, il nous apparaît que les garanties ne sont pas réunies pour assurer la pérennité du club. On a toujours soulevé le problème de Joseph DaGrosa n'avait pas assez de fonds propres et que ses investisseurs ne nous inspiraient pas confiance. GACP n'a pas assez de profondeur financière, pas assez de puissance financière, et derrière, King Street prête à des taux très élevés. Pour nous, le projet présenté ne tient pas la route, il est totalement déraisonnable. De plus, l"ambition de faire de l'argent avec les Girondins de Bordeaux est quelque chose qui nous dérange. Le  club n'a pas vocation d'enrichir des actionnaires; de toute façon, depuis très longtemps, les Girondins perdent de l'argent. Tout d'un coup, le repreneur serait meilleur que M6 ces vingt dernières années, ou que 99% des clubs français qui perdent de l'argent ? C'est un peu présomptueux . Et quand bien même, le club ferait un peu de bénéfices, l'argent devrait être réinjecté dans l'équipe. Donc, tout cela nous inquiète et ne nous satisfait pas, et nous avons été heureux d'entendre que beaucoup de nos arguments  ont été repris. 

Les élus parlent d'un simple report, qu'en pensez-vous? 

S'ils disaient le contraire, cela ferait fuir les repreneurs potentiels. Mais le vent a malgré tout un peu tourné. Nicolas De Tavernost et Alain Juppé continuent de dire que rien n'est remis en cause , mais on a quand même repoussé le vote du conseil de Métropole, ce n'est pas  pour rien 

Pour vous, la vente à GACP peut-elle capoter? 

Bien sûr. Nicolas De Tavernost l'avait dit : tant que ce n'est pas fait, la vente peut capoter, et visiblement, le match n'est pas fini. 

Que peut-il se passer maintenant? 

Il va falloir tout simplement que M6 prenne ses responsabilités. On nous dit : pour M6, les Girondins de Bordeaux, c'est un fardeau financier. Il faut quand même rappeler à la chaîne que si elle a aujourd'hui une belle place dans le football,  que si elle a pu diffuser des matchs de l'équipe de France lors du dernier Mondial,  les Girondins de Bordeaux y sont un peu pour quelque chose.  

Bien sûr, on aurait aimé que M6, depuis vingt ans, mette plus d'argent dans le club et le développe encore plus. Mais le propriétaire a toujours passé avec succès le cap du contrôle effectué par la DNCG. Et bien, M6 doit continuer à assumer ses responsabilités, et se remettre au travail; trouver un repreneur avec un peu plus d'assise financière, et un projet un peu plus cohérent. Il y a vingt ans qu'M6 est là, ils ne sont pas à un ou deux ans près.