Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le candidat LREM tête de liste aux élections régionales "soutient" le possible report de ces élections en juin

-
Par , France Bleu Paris

Laurent Saint-Martin sera tête de liste du parti LREM aux élections régionales après le renoncement de Jean-Michel Blanquer. Des élections régionales qui devraient être reportées au mois de juin. Une bonne nouvelle pour le député du Val-de-Marne qui trouvait le mois de mars "prématuré".

Laurent Saint-Martin, député du Val-de-Marne, va conduire la liste LREM aux élections régionales.
Laurent Saint-Martin, député du Val-de-Marne, va conduire la liste LREM aux élections régionales. © Maxppp - IP3 PRESS/MAXPPP / Alexis Sciard

Aurore Bergé (députée LREM des Yvelines) l'a annoncé ce vendredi midi : c'est Laurent Saint-Martin qui va conduire la liste LREM aux élections régionales. Le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer - trop pris par l'actualité et les aléas du Covid-19 - renonce. Ce sera donc le député du Val-de-Marne et rapporteur général du budget à l'Assemblée nationale qui affrontera, entre autres, Valérie Pécresse (candidate LR à sa propre succession) ou encore Audrey Pulvar (PS). Des élections qui devraient être reportées : mardi 26 janvier, le Sénat a donné son accord au report en juin des élections régionales et départementales, du fait de l'épidémie de Covid-19. Le texte adopté en première lecture à main levée par les sénateurs sera examiné par les députés le 9 février.

  • Que pensez-vous du fait que les élections régionales pourraient être reportées au mois de juin ?

Je crois qu'aujourd'hui il y a un consensus là-dessus. Je plaidais depuis longtemps pour que ça se passe plutôt au mois de juin. Je crois qu'on a besoin de renouer un dialogue démocratique avec l'ensemble des Franciliens pour une élection qui est importante et il me semblerait prématuré - au vue de l'actualité - d'avoir une élection au mois de mars, ça ne permettrait pas d'avoir une campagne dans un temps suffisamment long pour pouvoir avancer des propositions et surtout les faire connaître aux électeurs. Je soutiens donc le décalage de ces élections au mois de juin.

  • Pourquoi est-ce que c'est vous qui avez été choisi pour porter la liste LREM aux élections régionales ?

Je crois qu'on a besoin dans la majorité présidentielle de porter des idées de la part de personnes qui connaissent bien les sujets franciliens et qui ont démontré leur capacité de travail depuis un peu plus de trois ans. Je pense que c'est mon cas comme rapporteur général du budget à l'Assemblée nationale et comme élu du Val-de-Marne. Surtout, c'est un consensus qui a émergé avec l'ensemble de mes collègues parlementaires mais aussi les référents et les militants de La République en Marche. Il y a beaucoup de talents à La République en Marche et nous serons nombreux. Moi je suis le porte-drapeau d'un collectif. C'est extrêmement important comme dimension dans cette campagne parce que ce sera une campagne qui devra être portée dans tous les départements franciliens et avec des personnalités mais aussi des personnes issues de la société civile. On a l'ambition de faire émerger de nouvelles personnalités politiques comme nous le faisons systématiquement depuis trois ans.

  • Dans quelle direction est-ce que vous souhaitez emmener l'Ile-de-France ? 

La première direction à prendre quand on est à six mois d'une échéance électorale c'est d'entendre, d'écouter et de comprendre les préoccupations des Franciliens. On va prendre le temps de faire ce travail-là, qui a déjà commencé. Nous avons plusieurs pistes de travail bien avancées sur des compétences importantes liées aux compétences régionales et à l'actualité qui est celle de la crise que nous traversons et surtout à la sortie de la crise. Qu'est-ce que la région Ile-de-France à la sortie de la crise ? Qu'est-ce que l'Ile-de-France demain ? Ce sont des questions qu'il faut poser aux Franciliens et sur lesquelles il faut apporter des réponses concrètes [...] Je pars en campagne avec l'ensemble des colistiers pour présenter des idées et c'est aux électeurs d'en décider. La majorité présidentielle a des idées fortes à proposer et ce sera aux électeurs de décider. Les élections régionales sont une nouvelle élection pour nous. LREM n'a pas encore participé à des élections régionales et nous avons beaucoup à démontrer. 

  • Comprenez-vous que Jean-Michel Blanquer renonce ? 

Jean-Michel Blanquer est toujours membre du collectif qui animera la campagne régionale pour La République en Marche et pour la majorité présidentielle. Je crois que personne aujourd'hui ne peut contester le fait que l'actualité a changé, que les variants sont une menace permanente pour le milieu de l'Education nationale et que Jean-Michel Blanquer ne peut pas être à la fois ministre de l'Education et en campagne pour les régionales en Ile-de-France. La donne a changé depuis quelques semaines et ça justifie largement la décision qui est la sienne et que tout le monde comprend très bien.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess