Politique

Retard à l'allumage pour la Collectivité Unique de Corse

France Bleu RCFM vendredi 20 février 2015 à 7:39

Assemblée Nationale
Assemblée Nationale © Radio France

A l’Assemblée nationale, le débat sur la motion de censure déposée par l’UMP et l’UDI, motion rejetée en fin d’après-midi, a éclipsé ce jeudi 19 février l’examen de la loi sur la Nouvelle Réforme Territoriale de la République, la loi Notre à laquelle a été raccroché un amendement portant création de la Collectivité Unique de Corse.

A l’Assemblée nationale, le débat sur la motion de censure déposée par l’UMP et l’UDI, motion rejetée en fin d’après-midi, a éclipsé ce jeudi l’examen de la loi sur la Nouvelle Réforme Territoriale de la République, la loi Notre à laquelle a été raccroché un amendement portant création de la Collectivité Unique de Corse.Résultat des courses, la Corse devra attendre.Au mieux, en effet, les députés pourraient se prononcer sur cet amendement 2037, présenté par le gouvernement,  en fin de journée, ce vendredi 20 février. Au pire il faudra attendre le lundi 2 mars, puisque à partir de ce soir ce ne sont pas seulement les vacances scolaires mais aussi les vacances parlementaires. Il faut savoir que sur 37 articles de la loi Notre, seuls trois ont pour l’instant été adoptés. Or l’amendement corse est rattaché à l’article 13 et noyé sous le flot de plus de 2 000 amendements. Patience donc. Loin des passions déchaînées par le débat sur la motion de censure, les députés n’étaient ce jeudi soir qu’une petite quarantaine pour examiner cette nouvelle réforme territoriale. Pas sûr que la collectivité unique provoque davantage d’engouement. L’amendement est lapidaire : il se borne à énoncer le principe d’une fusion des trois collectivités - les deux départements et la Collectivité Territoriale de Corse - et à fixer son entrée en vigueur, le 1er janvier 2018. Tout le reste sera défini par ordonnance.