Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Retour à 90 km/h : le président du département de la Marne ne veut pas assumer la décision tout seul

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Edouard Philippe a ouvert la porte, ce jeudi, à un retour aux 90 km/h, à la discrétion des conseils départementaux, ce que veulent aussi les députés En Marche. Interview avec le président du département de la Marne, Christian Bruyen, avant l'arrivée à l'Assemblée nationale de la loi sur mobilités.

La limitation à 80 km/h sur le réseau secondaire est en place depuis le 1er juillet.
La limitation à 80 km/h sur le réseau secondaire est en place depuis le 1er juillet. © Radio France - Victor Vasseur

Châlons-en-Champagne, France

France Bleu Champagne-Ardenne : Avez-vous été surpris par la déclaration d'Edouard Philippe, ce jeudi matin ?

Christian Bruyen : Pas réellement. Là, il y a un projet de loi d’orientation sur les mobilités qui a été adopté au Sénat (il sera à l’Assemblée Nationale dans les prochains jours). Les sénateurs ont voté un amendement, fort raisonnable je trouve, qui prévoit de donner la compétence de réviser cette limitation de 80 km/h aux présidents de département et aux préfets, de manière conjointe. Les décisions seraient alors de bon sens. 

C'est un peu fort de café 

Et de donner cette responsabilité uniquement au Département, cela ne vous convient pas ?

Pas du tout. C’est un peu fort de café. A la base, la décision de passer à 80 km/h est très controversée, puisqu’elle est, en partie, responsable du mouvement des gilets jaunes. Et donc, après, il faut assumer. C’est l’Etat qui a pris cette décision, et je ne conteste pas qu’elle soit pertinente. Le Premier ministre a raison, il faut essayer d’avoir le plus haut niveau de sécurité sur les routes, je partage ce point de vue. 

Mais, quand on regarde les choses telles qu’elles se sont passées, ce serait, quelque part, ne pas assumer ses responsabilités au niveau de l’Etat. Mais moi, j’ai dit que je contestais le fait de limiter toutes les voies à 80 km/h, je vais l’assumer.
80 km/h partout, cela a une conséquence : on voit quelquefois des gens qui perdent patience et se mettent à doubler là où ils ne devraient pas. La mesure a des effets connexes qui ne sont pas forcément très efficaces. Alors, je veux bien assumer de revenir à 90 sur certains tronçons, mais en partageant la responsabilité avec le Préfet.

Je n’ai aucun tronçon en tête [...] en partageant la décision, on saurait les définir 

Sur quels tronçons, dans la Marne ? 

Franchement, je n’ai aucun tronçon en tête. Quand je prends la route, il m’arrive de me demander si c’est très pertinent à certains endroits. Comme tout le monde. Je suis un rural, j’habite à Dormans, il faut que je me déplace pour venir à Châlons-en-Champagne, à Epernay…
Mais, encore une fois, mes services ont une vraie expertise, ils gèrent 4 200 km de routes départementales, et les services de la Préfecture ont aussi une expertise certaine, notamment sur la cellule de prévention routière. Donc, en partageant la décision, on saurait définir les tronçons.