Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Retraites : le député L. Pietraszewski souhaite décaler l'application de la réforme pour les enseignants

-
Par , France Bleu Nord

Le Député du Nord Laurent Pietraszewski (LREM) coordonne le travail des parlementaires sur la réforme des retraites. Il ouvre la voie à des aménagements possibles dans les dates d'application de la réforme.

Laurent Pietraszewski, le député LREM du Nord
Laurent Pietraszewski, le député LREM du Nord © Maxppp - Léon Tanguy

Lille, France

A deux jours de la mobilisation nationale contre la réforme des retraites, le gouvernement et les parlementaires de la majorité tentent de trouver des voies de sortie de crise face à un mouvement qui s'annonce très suivi dans les transports et l'Education Nationale notamment. Invité de France Bleu Nord ce mardi matin, le député LREM du Nord (circonscription Armentières-Lomme), Laurent Pietraszewski a voulu rassurer sur les grandes lignes de ce projet dont le détail n'est pas encore connu : 

J'entends qu'il puisse y avoir des inquiétudes. 

"Le principe de la réforme, la transformation des systèmes de retraite, est un principe redistributif pour plus d'égalité", précise le parlementaire.

Un aménagement pour les enseignants ?

La grève s'annonce très suivie dans l'Education Nationale, secteur qui emploie le plus de fonctionnaires. Ils pourraient être pénalisés par cette réforme qui aujourd'hui prévoit d'aligner privé et public en contrepartie de l'intégration des primes des fonctionnaires dans le calcul des pensions (qui peuvent représenter jusqu'à 20% d'un traitement). Le problème, c'est que le salaire des enseignants ne contient que peu de primes, ils pourraient donc être les grands perdants. "Pour les enseignants, il faut refonder le contrat social que la nation a avec eux. Ils permettent à  nos enfants de s'émanciper, de grandir par la conscience de leur environnement, d'apprendre"

On ne peut pas avoir des grilles de rémunération significativement décalées.

"La négociation lancée par JM Blanquer est une bonne négociation. Il y aura une reconstruction des grilles de rémunération pour les enseignants mais ça se passera dans le temps, personne ne vas basculer dans le nouveau système de retraite sans que la transition ne soit écrite et même co-construite avec les interlocuteurs. Il faudra mobiliser des milliards sur ce sujet, on se donnera le temps de le faire et de le faire bien".

Si pour emmener l'ensemble des enseignants vers un système universel, il faut se décaler de 2, 3 ou 4 ans, il faut le faire. 

Intransigeant sur la fin des régimes spéciaux

Sur les régimes spéciaux en revanche, le parlementaire se montre inflexible :

Les régimes spéciaux seront fermés

"Non pas qu'on ne voulons stigmatiser les uns ou les autres mais parce que les Français ont besoin de cette égalité devant la retraite.  Ils ont besoin de se retrouver ensemble avec les mêmes règles. Il y a sans doute de la pénibilité mais il y en a aussi à l'hôpital. Ce que propose Jean-Paul Delevoye, c'est de prendre en compte la pénibilité partout où elle existe. On attend de nous une lecture qui soit plus juste des différentes raisons qui justifie qu'on parte plus tôt, comme la pénibilité".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu