Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Rétro 2017 : les grands événements de l'actualité en Moselle

Aurélie Filippetti fait le bilan de l'année politique et règle ses comptes

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Aurélie Filippetti, ancienne ministre de la culture et ex-députée PS de Moselle règle ses comptes avec sa fédération et le maire de Metz, à l'heure du bilan de l'année politique 2017 en Moselle.

Aurélie Flippetti pendant la campagne présidentielle en mars 2017
Aurélie Flippetti pendant la campagne présidentielle en mars 2017 © Maxppp - Marlène Awaad

La politique mosellane a fait le plein de surprises, défaites, victoires, divisions en 2017. Elle a été marquée par la victoire d'Emmanuel Macron à la présidentielle et par la vague de députés En Marche qui a suivi. Une vague qui a balayé, entre autres, la députée socialiste sortante de la 1re circonscription de Moselle, Aurélie Filippetti, ancienne ministre de la culture. 

France Bleu Lorraine: Avec un peu de recul, 6 mois après, comment avez-vous vécu cette campagne des législatives? 

Aurélie Filippetti: Cela a été une campagne difficile de part son résultat. On a tous été victimes d'un raz de marée politique et les gens ont eu envie de changer. Il faut bien sûr laisser les gens faire cette expérience avec En Marche. 

FBL: Vous avez été surprise par votre défaite? 

AL: J'ai été surprise par l'ampleur de la victoire d'En Marche. Je ne m'y attendais pas. Autant l'élection d''Emmanuel Macron à la Présidentielle ne m'a pas surprise mais je ne m'attendais pas à une victoire si absolue aux législatives. Cela fait finalement relativiser sa propre défaite personnelle, c'est une forme de consolation...   

FBL: Depuis, vous avez repris votre métier d'enseignante. Vous enseignez la littérature à Sciences-Po Paris. Pas de regret? 

AF: Non je n'ai pas de regret, j'aime beaucoup enseigner, ce rapport avec jeunes, les étudiants, c'est revenir à des choses fondamentales.    

FBL: Vous êtes toujours conseillère municipale à Metz. Vous vous éloignez un peu de la Moselle actuellement, allez-vous y revenir?  

J'aurais aimé que le maire de Metz me propose une responsabilité dans son équipe

AF: Une bonne partie de mon coeur est en Moselle et ça, ce sera pour toujours. Maintenant mon activité professionnelle est à Paris. J'aurais aimé d'ailleurs que le maire de Metz me propose une responsabilité dans son équipe municipale mais ça n'a pas été le cas et j'en ai pris acte.   

FBL: Qu'est ce qui n'a pas marché avec le maire de Metz qui vous avez présenté à un moment comme celle qui pourrait lui succéder? 

AF: Je ne sais pas, il faudrait lui demander. Moi je l'ai toujours soutenu, dans ses élections et quand j'étais ministre, j'ai toujours soutenu Metz  et la Moselle. Mais la réciproque n'a pas été le cas, par exemple, quand j'ai été candidate aux législatives face à quelqu'un qui était un de ses adjoints et à qui il n'a même pas retiré sa délégation.   

FBL: Est-ce que vous briguer le poste de maire en 2020? 

AF: Aujourd'hui, je ne fais pas de calcul, je ne suis pas dans une stratégie personnelle comme certains. Aujourd'hui, ma priorité c'est de reconstruire professionnellement. Et puis de me consacrer à mes deux filles qui ont aussi besoin de moi, parce que la politique, c'est aussi beaucoup de sacrifices pour les enfants. Même si je ne ferme aucune porte, je n'ai jamais dit que je quittais la politique.  

La fédération de Moselle connait de graves dysfonctionnements

FBL: En octobre dernier, vous avez été exclue du parti socialiste, au motif que vous avez soutenu un candidat dissident à gauche aux sénatoriales. Où en est votre recours auprès du PS? 

AF: Suite à ce recours, j'ai été exclue non plus définitivement mais pour 18 mois. Je le dis: j'ai pris 18 mois ferme pour un mot de soutien. Pour moi, c'est la preuve que ce parti est totalement discrédité sur tout un tas de choses et notamment le parti en Moselle. Je l'ai déjà dit, la fédération de Moselle connait de graves dysfonctionnements à la fois démocratiques et éthiques et j'espère que le ménage sera fait dans cette fédération qui en a bien besoin. Moi je préfère désormais tourner complètement cette page et quitter définitivement le parti socialiste. 

L'actualité politique en Moselle en 2017, c'est aussi: 

  • 8 juin: 8 des 9 députés de Moselle sont désormais issus de LREM
  • 4 septembre: Le Président Macron fait sa rentrée dans une école de Forbach
  • 21 septembre: Florian Philippot démissionne du FN et crée son parti Les Patriotes
  • 30 septembre: Le président de la région Grand Est Philippe Richert démissionne de ses fonctions

Les faits marquants de l'année 2017 en Moselle avec Cécile Soulé