Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

RÉTRO 2017 - Gérald Darmanin ne s'attendait "absolument pas à entrer au gouvernement"

vendredi 5 janvier 2018 à 6:13 - Mis à jour le vendredi 5 janvier 2018 à 9:30 Par Cécile Bidault, France Bleu Nord

Parmi les personnalités politiques qui ont marqué 2017 : Gérald Darmanin. Maire de Tourcoing, il est devenu ministre de l'Action et des comptes publics. Cette année a été riche en rebondissements pour lui, il a quitté son fauteuil de maire, et son parti les Républicains.

Gérald Darmanin, ancien maire de Tourcoing, devenu ministre de l'action et des comptes publics en 2017
Gérald Darmanin, ancien maire de Tourcoing, devenu ministre de l'action et des comptes publics en 2017 © Radio France - Cécile Bidault

Nord-Pas-de-Calais, France

A 35 ans, Gérald Darmanin a connu une année 2017 mouvementée. Il l'a commencée maire Les Républicains de Tourcoing, et la termine ministre et membre de la République en marche.

Sa nomination au gouvernement

Après avoir soutenu Nicolas Sarkozy à la primaire, puis François Fillon à la présidentielle, il appelle à voter pour Emmanuel Macron entre les deux-tours de la présidentielle. Juste après son élection, le Président lui propose de devenir ministre du budget : "Le jour où il est devenu Président de la République, j'ai eu un coup de fil de son secrétariat, pour venir le rencontrer le jour-même. Je suis allée à l'Elysée le soir, je ne me suis pas particulièrement caché, mais je suis passé par la grille du coq, c'est-à-dire par le jardin, j'ai rencontré Emmanuel Macron pendant quasiment une heure, il m'a proposé d'entrer au gouvernement, et m'a annoncé que c'était Edouard Philippe le Premier ministre. J'ai pris 24 heures de réflexion, et j'ai accepté. Je ne m'attendais absolument pas à ce qu'on me le propose, je n'ai jamais voulu être ministre dans ma vie, ce n'est pas quelque chose qui m'excitait, même si c'est beaucoup d'honneur de servir son pays".

La fonction ministérielle

Gérald Darmanin avoue s'être demandé "s'il était au niveau. Je n'avais pas été membre de la commission des finances, je n'étais jamais rentré dans ce bâtiment qu'on appelle Bercy, je ne suis pas énarque... J'ai découvert la matière budgétaire au sens technique du terme au moment où j'ai été nommé ministre. C'est peut-être pour cela que le président m'a nommé, pour avoir _un regard politique, et non technocratique_, sur les choses".

Depuis sa nomination, le ministre de l'action et des comptes publics dit "ne jamais avoir autant travaillé. Mais je ne me plains pas, j'ai la chance de vivre de ma passion. Et puis, _j'ai toujours dit que je n'avais pas vocation à faire de la politique nationale toute ma vie_. Je le prends comme une mission, à un moment elle s'arrêtera, et ce sera très bien de retourner dans l'anonymat". Il faut attendre le mois de septembre pour que Gérald Darmanin quitte son fauteuil de maire de Tourcoing.

Quitter LR, rejoindre la République en marche

Depuis son entrée au gouvernement et son rapprochement d'Emmanuel Macron, Gérald Darmanin a souvent été traité, par médias interposés, de "traître". Mais il affirme "_ne pas être touché par l'écume des choses. Il y a des gens qui ont été durs, ils sont propriétaires de leur propre boue._C'est le combat politique, il faut l'accepter". 

Son meilleur souvenir de 2017

"Quand le Président m'a emmené en Algérie. Mon grand-père était tirailleur algérien, et je n'y étais jamais allé. Je me suis retrouvé _en Algérie avec Emmanuel Macron_, à la table du gouvernement algérien, à dormir à l'Ambassade de France, là où le général de Gaulle a organisé la France libre. Je me sentais bien. Je crois que c'est le moment le plus touchant de 2017".

Ses souhaits pour 2018

Gérald Darmanin espère "passer encore une année au ministère, pour construire un deuxième budget. J'espère que ce sera aussi une année de stabilité pour la France, qu'elle retrouve le chemin de la croissance et de l'économie. _Une stabilité pour le pays_, c'est aussi une stabilité pour les femmes et les hommes politiques." 

Sur le plan personnel, le ministre souhaite "continuer de garder un peu de jardin secret, et continuer à ne pas changer en 2018". Ouvrir un bar à vin à Sienne, en Italie, comme il l'a déjà dit ? "Ce sera un peu court en 2018, mais peut-être que vous m'inviterez pour en parler en 2019 !"

Coup d’œil dans le rétro avec Gérald Darmanin

Coup d'oeil dans le rétro avec Gérald Darmanin