Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

RETRO 2017: un paysage politique bouleversé en Auvergne

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne
Auvergne, France

Comme lors de chaque grande échéance électorale, l'année a été marquée par un renouvellement de la classe politique. Mais en 2017, ce renouvellement a été d'une ampleur sans précédent depuis le début de la Veme République.

Odile Saugues, Gérard Charasse et Michèle André, trois des retraités politiques auvergnats
Odile Saugues, Gérard Charasse et Michèle André, trois des retraités politiques auvergnats - Assemblée Nationale et Sénat

En 2012, les 12 députés auvergnats avaient une moyenne d'âge de 59,3 ans. Cette année, leur moyenne d'âge a baissé à 53,8 ans. Ils ont 5,5 ans de moins au début de leur mandat, le symbole du rajeunissement de la classe politique auvergnate. Il faut dire que seulement trois députés sortants se sont présentés aux législatives.

Beaucoup des sortants ont décidé de laisser la place, après souvent une vingtaine d'année de parlementaires derrière eux. Un choix justifié le plus souvent par leur âge: Guy Chambefort, Bernard Lesterlin et Gérard Charasse, les trois députés sortants de l'Allier, Alain Marleix dans le Cantal, Odile Saugues, Danièle Auroi et Jean-Paul Bacquet dans le Puy de Dôme. Ils sont (presque) tous septuagénaires. 

Leur expérience leur a certainement permis de sentir le vent venir et de ne pas tenter le mandat de trop. Pour autant, ils n'abandonnent pas tous la vie publique. Certains se consacrent à leur mandat locaux, les autres restent engagés, notamment dans le milieu associatif.

De grandes figures de la politique auvergnate

Avec ces départs, ce sont quelques grandes figures de la vie politique auvergnate qui tirent leur révérence. Ils ne sont pas les seuls, les élections sénatoriales de septembre ont également été marquées par les départs de Michèle André et Alain Néri dans le Puy de Dôme ainsi que de Gérard Roche en Haute-Loire.

Et puis 2017 est également l'année d'entrée en vigueur de la loi sur le cumul des mandats. Là encore, ce sont des grandes figures régionales qui ont dû choisir. Claude Malhuret a abandonné la mairie de Vichy (après 28 ans dans le fauteuil de maire) pour se consacrer au Sénat. Gérard Dériot, dans l'Allier, et Vincent Descoeur, dans le Cantal, ont abandonné la présidence du Conseil Départemental, remplacés respectivement par Claude Riboulet et Bruno Faure. 

Un changement générationnel

Enfin autre démission, celle de Daniel Dugléry à la mairie de Montluçon. C'est un choix personnel qui n'a rien à voir avec les élections. Quoique! C'est peut-être sa défaite aux législatives qui a poussé Daniel Dugléry à prendre cette décision, même s'il s'en défend. 

En tout cas, cette année a été marquée par un grand chambardement. Si un renouvellement se fait à chaque élection, le cru 2017 est inédit par son ampleur. Jamais sous la Veme République autant d'élus n'avaient cédé leur siège. Le changement générationnel qui a marqué l'élection présidentielle a été amplifié ensuite dans la région lors des législatives et sénatoriales. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess