Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Richard Ferrand candidat au perchoir : une "vassalisation" de l'Assemblée nationale pour Julien Aubert

mardi 11 septembre 2018 à 10:15 Par Thomas Schonheere, France Bleu Vaucluse

Le député LR de la 5e circonscription du Vaucluse était ce mardi matin sur France Bleu Vaucluse. Cette année, il espère, avec Les Républicains, bousculer le groupe La République en Marche à l'Assemblée nationale.

Julien Aubert Les Républicains
Julien Aubert Les Républicains © Radio France - .

Avignon, France

C'est une perspective qui n'enchante guère l'opposition. Richard Ferrand devrait devenir le nouveau président de l'Assemblée nationale après avoir obtenu, ce lundi, l'investiture du groupe des députés LREM. "Le fait de nommer un fidèle, un lieutenant du chef de l'État, est une forme de vassalisation de l'Assemblée nationale. On aurait besoin d'un président indépendant, capable de dire non au président de la République", estime Julien Aubert, député Les Républicains du Vaucluse, invité ce mardi sur France Bleu à l'occasion de la reprise des travaux parlementaires.

"Nous allons nous organiser"

Écarté du gouvernement en raison de l'information judiciaire ouverte sur l'affaire des Mutuelles de Bretagne, Richard Ferrand devrait donc devenir le quatrième personnage de l'État au rang protocolaire. Julien Aubert y voit une "contradiction" : "On m'a expliqué que comme il avait des affaires judiciaires, il n'était pas digne de devenir ministre. Le Parlement appréciera qu'il est digne de devenir président de l'Assemblée nationale."

En congé paternité (qu'il ne souhaite pas prolonger, "11 jours c'est suffisant", selon lui), Julien Aubert retournera lundi prochain sur les bancs de l'Assemblée nationale. Pour cette nouvelle session parlementaire, le député LR espère pouvoir bousculer le groupe majoritaire : "C'est un groupe difficile à faire bouger, capolarisé. Mais nous allons nous organiser, surtout sur le budget. L'impôt à la source a été confirmé, je pense que c'est une grave erreur : personne ne peut garantir aux personnes que ça va bien se passer. Il faut être attentif aux mesures fiscales, parce qu'il y a quelques injustices dans ce budget."

Alors qu'un sondage publié le week-end dernier place Nicolas Sarkozy et Alain Juppé en tête des personnalités les plus à même de représenter la droite, Julien Aubert ne tient pas à charger Laurent Wauquiez : "C'est le président des Républicains, il a été élu. Il faut jouer la solidarité. On verra le bilan à la fin de son mandat et à ce moment-là seulement, il conviendra de voir s'il a été un bon ou un mauvais président."