Politique

Richard Ferrand était à Quimper vendredi pour sa première visite ministérielle

Par Margot Delpierre, France Bleu Breizh Izel vendredi 19 mai 2017 à 15:45 Mis à jour le vendredi 19 mai 2017 à 17:39

Richard Ferrand a rencontré les fonctionnaires de la DDTM vendredi matin.
Richard Ferrand a rencontré les fonctionnaires de la DDTM vendredi matin. © Radio France - Margot Delpierre

Le ministre de la Cohésion des territoires, aussi député de la 6e circonscription du Finistère, tenait à se rendre dans le département pour sa première visite ministérielle.

Richard Ferrand a rencontré vendredi matin les équipes de la Direction départementale des territoires et de la mer à Quimper. Certains visages lui étaient déjà familiers : il a parfois eu à collaborer avec la DDTM pendant son mandat de député. "Quand on s'occupe des territoires, il faut toujours commencer par le sien", explique dans un sourire le nouveau ministre.

"C'est une visite sobre, modeste mais de proximité avec les femmes et les hommes qui portent les politiques publiques dans le Finistère. [...] Je tenais à aller à leur rencontre, leur dire dans quel état d'esprit j'allais agir et les saluer." - Richard Ferrand

Son ministère regroupe notamment l'aménagement du territoire, le logement, la rénovation urbaine et la relation avec les collectivités locales.

A qui reviendra la compétence maritime ?

On ne sait en revanche toujours pas à qui revient la compétence maritime. Aucune mention de la pêche n'existe dans les intitulés des ministères. Il faut attendre les décrets d'attribution. "Tout ce qui est relatif à la mer et à la pêche sera précisé", rassure Richard Ferrand. "Ne vous inquiétez pas, une stratégie maritime existe", "c'est une motivation très forte et on ne peut pas oublier la mer car c'est l'essentiel", affirme le ministre et député.

Un ministre sur la sellette

Le passage de Richard Ferrand dans le gouvernement d'Edouard Philippe pourrait être de courte durée. S'il n'est pas réélu député le 18 juin prochain, il devra impérativement quitter le gouvernement. C'est une "tradition républicaine" que le président Emmanuel Macron compte bien respecter. Malgré l'enjeu très élevé, Richard Ferrand se veut rassurant. Il admet cependant qu'être ministre n'est pas nécessairement un avantage :

Richard Ferrand déterminé à être réélu député

En cas de victoire aux législatives, il laissera sa suppléante s'occuper de son mandat parlementaire. Laëtitia Dolliou, 36 ans, cadre administrative au CHU de Brest, ne s'imagine pas encore à ce poste.

Laëtitia Dolliou, suppléante, ne s'imagine pas encore à l'Assemblée nationale