Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Richard Ramos prié par les Normands de fermer sa boîte à camembert

-
Par , France Bleu Orléans

C'est peu de dire que les Normands n'ont pas goûté l'opération du député Modem du Loiret Richard Ramos s'autoproclamant défenseur du camembert au lait cru : ils ont organisé aujourd'hui la réplique au Sénat, pour défendre vigoureusement la nouvelle AOP qui entrera en vigueur en 2021.

"Le vrai camembert de Normandie en danger : on en parle et on le déguste" : c'est l'invitation qu'avait lancée ce midi la sénatrice de l'Orne Nathalie Goulet
"Le vrai camembert de Normandie en danger : on en parle et on le déguste" : c'est l'invitation qu'avait lancée ce midi la sénatrice de l'Orne Nathalie Goulet

Loiret, France

"Avec mes collègues de Normandie, on a pensé qu'il était temps de remettre les pendules à l'heure : chez nous, on appelle ça le prix des pommes." Voilà comment Nathalie Goulet, sénatrice centriste de l'Orne, présente l'opération qu'elle a organisée ce mardi midi au Sénat, pour défendre la nouvelle appellation d'origine protégée (AOP) du camembert de Normandie, qui entrera en vigueur en 2021 -une AOP vilipendée il y a 3 semaines par Richard Ramos, le député Modem du Loiret.

Le 12 mars dernier, Richard Ramos avait en effet distribué à ses collègues de l'Assemblée Nationale un camembert au lait cru, avec une étiquette à son effigie. Pour dénoncer, donc, la nouvelle AOP du camembert de Normandie, qui permettra d'utiliser du lait pasteurisé : "Le lait cru, c'est un morceau de notre terroir ; en Normandie, l'herbe a une certaine odeur, un certain goût - et quand on pasteurise, on perd ce goût !" expliquait alors le député loirétain.

Un accord historique"

L'opération a été un succès médiatique, mais elle n'a pas plu du tout ni aux élus normands ni aux acteurs de la filière du camembert, qui ont ainsi riposté ce mardi midi, avec une dégustation au Sénat, et surtout une explication de texte. D'abord pour souligner que l'accord signé en février 2018 permettra de mettre fin à une anomalie : actuellement, seul le label "camembert de Normandie" a un cahier des charges strict, alors que le nom "camembert fabriqué en Normandie" ne correspond qu'au lieu d'implantation de la fromagerie, mais sans aucune contrainte sur la provenance du lait. "L'accord est historique, puisqu'il y aura désormais un label unique "camembert de Normandie", avec un cahier des charges imposant au moins 25% de lait d'origine normande, ce qui permet bien de défendre les éleveurs de vache normande", se réjouit Nathalie Goulet.

Ne pas raconter n'importe quoi"

La nouvelle AOP prévoit un "haut de gamme", qui reste au lait cru, et un "cœur de gamme" qui permet effectivement le lait pasteurisé, ce que justifie Jean-Marie Cambefort, grand-maître de la confrérie du vrai camembert de Normandie : "La majorité des appellations d'origine protégée en France sont pasteurisées, il ne faut pas raconter n'importe quoi ! Le fait de vouloir faire aussi du camembert pasteurisé, c'est pour pouvoir travailler des grands volumes.

En 2021, l'AOP avec ses deux niveaux devrait atteindre 40 000 tonnes par an contre 5 700 tonnes actuellement, faisant vivre 2 500 producteurs laitiers normands contre 500 aujourd'hui. "Le camembert au lait cru gardera ses qualités, et le camembert pasteurisé aura une meilleure qualité : tout le monde y gagne, cet accord n'est pas un cheval de Troie des industriels", conclut Nathalie Goulet, sévère vis-à-vis de son collègue député Richard Ramos, pourtant centriste comme elle : "Critiquer quand on ignore ce que fait la filière, c'est un peu dommage... Qui est-il pour venir critiquer les professionnels ? Moi, je veux bien m'occuper des produits d'ailleurs, mais je commence par m'occuper des miens." Interview de Nathalie Goulet à écouter ici :

"Je n'ai aucun lien avec Lactalis, moi je m'occupe de ce que fait ma Région et de ce que font mes éleveurs" - Nathalie Goulet

Et la confrérie du vrai camembert de Normandie entend bien faire oeuvre de pédagogie sur cette affaire d'AOP lors de la foire St Georges de Pithiviers du 26 au 28 avril, où elle aura un stand.