Politique

Rien de nouveau au perchoir de l’assemblée des Alpes-Maritimes

Par Laure Debeaulieu, France Bleu Azur jeudi 2 avril 2015 à 6:00 Mis à jour le jeudi 2 avril 2015 à 10:20

Eric Ciotti
Eric Ciotti © MaxPPP

Eric Ciotti a été élu sans surprise ce jeudi matin à la présidence du conseil départemental des Alpes-Maritimes, après avoir été réélu dans son canton dès le premier tour des départementales avec 51,63% des voix.

Nouveau scrutin et nouveaux élus pourraient rimer avec nouveau président. Pas dans les Alpes-Maritimes. Non, ici, a deux pas de la Méditerranée avec vue sur le Mercantour, le bureau du président ne change pas de locataire : Eric Ciotti est ancré, posé, indéboulonnable .

Il a installé son sous-main et ses photos dans son grand bureau du premier étage du conseil général le 18 décembre 2008. Six ans, trois mois et 15 jours plus tard, l’homme n’a pas changé de cap et sera ce jeudi investi de la même mission, par les 50 élus sur 54 qui composent sa majorité.

Cet ancrage, Eric Ciotti l’a une nouvelle fois constaté le 22 mars dernier : il a été élu dès le premier tour de l’élection départementale avec 51,63% des voix.

Eric Ciotti savoure la large victoire de l"UMP

La porte de Saint-Martin Vésubie

C’est par la porte de Saint-Martin Vésubie qu’il entre au conseil général en décembre 2008 , juste après la démission de Gaston Franco, l’ancien maire de la commune du haut-pays.

Eric Ciotti a passé une partie de son enfance à Saint-Martin et dit y être attaché : le canton lui tend les bras. La partielle est réussie et son entrée au conseil général aussi. Il prend ainsi naturellement la suite de Christian Estrosi , dont il est le premier adjoint depuis six mois à la mairie de Nice et le directeur de cabinet au conseil général depuis 2003.

Le député maire et ministre fait les frais d’un cumul de mandats et profite des recours, après le scrutin de mars 2008, pour organiser sa succession. Sa succession, c’est donc Eric Ciotti, fidèle parmi fidèle , à ses cotés depuis 20 ans. Les hommes sont en place et sept ans plus tard, le duo a largement réussit son pari.

Deux escaliers à la fois

Eric Ciotti monte depuis deux escaliers à la fois : celui de l’homme fort du département mais aussi celui du député qui compte. A tel point qu’aujourd’hui, il se murmure avec de l’écho, que si l’UMP revenait aux affaire en 2017, Eric Ciotti pourrait trouver un fauteuil ministériel.

En juin 2007, il devient député de la première circonscription des Alpes-Maritimes. En même temps il essuie son seul revers : dans le canton du port, il est battu par le socialiste Marc Concas. Mais le département, on l’a vu, ce sera pour l’année d’après !

En attendant, au Palais Bourbon, Eric Ciotti trace sa route : depuis décembre dernier il est président de la commission d’enquête parlementaire sur la surveillance des filières et des individus djihadiste en France.

Eric Ciotti à l'Assemblée nationale - Maxppp
Eric Ciotti à l'Assemblée nationale © Maxppp

Une montée quatre à quatre, qui place aujourd’hui Eric Ciotti, à presque 50 ans, comme un député actif et apprécié des médias . Quant à son siège de président du conseil départemental, il y est très confortablement installé.

Reste à savoir si Eric Ciotti, plus que pressenti pour être le candidat UMP pour la bataille des régionales , n’irait pas briguer un autre bureau, lui aussi avec vue sur la Méditerranée... mais à Marseille.

À lire aussi : > Départementales : l'UMP triomphe, le FN cale, la gauche sauve l'honneur > Les résultats du second tour dans les Alpes-Maritimes (carte) > Les élections départementales dans les Alpes-Maritimes (dossier)