Politique

A Rilhac-Rancon en Haute-Vienne, la maire ne veut pas prêter les urnes et isoloirs pour les primaires

Par Julien Balidas, France Bleu Limousin jeudi 19 janvier 2017 à 16:52

illustration.
illustration. © Maxppp - PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP

La maire de la commune "ne veut pas utiliser les deniers publics pour des élections non-officielles." Elle avait également refusé lors de la primaire de la droite.

Le premier tour de cette primaire de la Belle alliance populaire c'est dimanche, et les socialistes (entre autres) ont dû se débrouiller pour trouver isoloirs et urnes à Rilhac-Rancon, près de Limoges.

"Ce serait pareil pour mon propre parti"

La maire communiste de la ville, Annick Chadoin ne veut pas prêter le matériel et elle assume : "Cela a un coût pour la commune. Mes agents doivent aller chercher les isoloirs, les installer, les ramener. C'est simplement pour ne pas utiliser les deniers publics pour des partis politiques."

Annick Chadoin ajoute : "la municipalité prête la salle, il n'y a pas de problème, mais pas le matériel. Cela a été convenu avec la droite de la même façon. Si d'autres formations me demandent ce sera pareil, même mon propre parti."

Les socialistes agacés

Les habitants de Rilhac pourront quand même voter s'ils le souhaitent. La ville voisine du Palais-sur-Vienne a prêté un isoloir et une urne. Agacement du côté de Nadine Burgaud, élue de l'opposition (socialiste) : "Quand Mme. Chadouin dit que c'est un problème de personnel à mobiliser pour récupérer le matériel, c'est un faux problème. Moi pour aller au Palais je vais prendre ma voiture. Si c'était vraiment ça le problème elle m'aurait dit on te prête tout ça mais tu viens le chercher. Moi je pense que c'est une attitude politique et non une attitude citoyenne. Le matériel n'appartient pas à un parti. Le maire est élu pour faire vivre sa cité, pour faciliter la vie démocratique."

Rappelons qu'il faudra payer un euros par tour pour mettre son bulletin dans l'urne lors de cette primaire et signer une charte.