Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

RN 162 et les 80 km/h : la réponse du gouvernement au président de la Mayenne

-
Par , France Bleu Mayenne
Laval, France

Le 21 février, Olivier Richefou et une centaine de présidents de départements français ont été invités à un déjeuner à l'Élysée pour parler des réformes, des territoires et des responsabilités des départements.

Olivier Richefou, président de la Mayenne et Emmanuel Macron, le président de la République lors du déjeuner des présidents départementaux à l'Élysée.
Olivier Richefou, président de la Mayenne et Emmanuel Macron, le président de la République lors du déjeuner des présidents départementaux à l'Élysée. © Radio France - Olivier Richefou

Olivier Richefou à la table d'Emmanuel Macron, jeudi. Une centaine de présidents des départements de France ont déjeuné à l’Elysée avec le président de la République et 14 ministres. Pendant sept heures, ils ont pu interpeller le gouvernement sur des problèmes propres à leur territoire, comme sur les réformes ou encore sur les responsabilités des conseils départementaux. 

Le dossier de la RN 162 entre les mains d'Élisabeth Borne

Olivier Richefou a profité de cette invitation pour parler à la ministre des transports de la RN 162. L'État a dernièrement transféré la gestion de cette route au département, de Laval au Lion d'Angers. Ce transfert, devrait faciliter l'aménagement en 2x2 voies de la RN 162, reste les 30 kilomètres séparant Laval de Mayenne. 

Je lui ai dit qu'il fallait pousser le bouchon un peu plus loin. Ça n'a pas de sens de garder 30 km de route nationale." - Olivier Richefou, président de la Mayenne.

Le président du département de la Mayenne a donc demandé à Elisabeth Borne de donner au département cette portion de route supplémentaire

La ministre a répondu "qu'elle était parfaitement d'accord et qu'elle s'en chargeait" ajoute Olivier Richefou. Ce devrait être fait dans le cadre de la loi sur la mobilité qui sera présenté au parlement dans les prochains mois.

Quid des 80 km/h en Mayenne ?

Assis à la table du Premier ministre, Olivier Richefou s'est également entretenu sur la mesure des 80 km/h avec Édouard Philippe.

"Moi ma position, je lui ai indiqué : là où c'est dangereux, abaisser à 80 km/h n'est pas suffisant, il faut baisser à 70 km/h. Et rester à 90 km/h dans un département comme le mien, pouvait être tout a fait justifié puisqu'il n'y a pas de secteur accidentogène particulier et on a réseau routier de grande qualité et parfaitement entretenu" raconte le président de la Mayenne. 

Rester à 90 km/h dans un département comme le mien, pouvait être tout a fait justifié puisqu'il n'y a pas de secteur accidentogène particulier et on a réseau routier de grande qualité" - Olivier Richefou, président de la Mayenne.

En vain, explique Olivier Richefou. Le Premier ministre ne reviendra pas en arrière. Il s'est adressé à l'assemblée pour rappeler à tous qu' "à chaque fois qu'il y a eu des mesures contraignantes sur les véhicules, il y a eu des mouvements importants, que les gouvernement avaient su y résister et qu'il y avait eu des baisses de morts sur les routes" raconte le mayennais. 

Olivier Richefou le pense, il n'y a que très peu de chance que les départements aient le pouvoir de revenir en arrière

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu