Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Robert Hue annonce sa retraite politique

mardi 29 août 2017 à 13:13 Par Martine Bréson, France Bleu Paris et France Bleu

L'ancien secrétaire national du parti communiste français, Robert Hue, qui avait soutenu la candidature d'Emmanuel Macron à la présidentielle, a annoncé mardi sa retraite politique dans une tribune du Huffington Post.

Robert Hue
Robert Hue © Maxppp - Lewis Joly

Paris, France

Robert Hue, 70 ans, quitte la scène politique. C'est officiel. Le sénateur du Val-d'Oise, ancien secrétaire national du parti communiste français et actuel président du Mouvement des Progressistes, a annoncé mardi dans le Huffington Post qu'il prenait sa retraite. Il précise qu'il ne sera pas candidat aux prochaines élections sénatoriales le 24 septembre prochain. Robert Hue siège au Palais du Luxembourg depuis 2004.

Un soutien à Emmanuel Macron

Robert Hue avait soutenu la candidature d'Emmanuel Macron à la présidentielle. Un soutien qu'il explique : "C'est ce besoin de renouveau politique... qui m'a conduit, les yeux grands ouverts et en toute lucidité à soutenir Emmanuel Macron. Je continuerai de militer pour un véritable dépassement progressiste".

En 2016, Robert Hue avait publié un livre qu'il juge "délibérément prémonitoire". ce livre s'intitule "Laissez la place".

Il a gravi les échelons un à un

Robert Hue est sorti de l'ombre en 1994. Il a été secrétaire national du parti communiste français jusqu'en 2001 puis président du PCF jusqu'en 2003. Il s'était présenté deux fois à la présidentielle en 1995 et en 2002. Fidèle de Georges Marchais, qui fera de lui son successeur, il a gravi les échelons un à un. Son premier mandat date de 1977. Il est élu maire de Montigny-lès-Cormeilles (Val-d'Oise).