Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Romans-sur-Isère : la friche Jourdan n'est plus promise à 1083, la Ville compte y construire un gymnase

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

L'agglomération Valence Romans a voté ce jeudi soir la vente du tènement Jourdan à la Ville de Romans-sur-Isère (Drôme). Le compromis de vente signé avec l'entreprise de jeans et chaussures "made in France" 1083 était devenu caduque fin décembre 2019.

L'ancien site des chaussures Charles Jourdan à Romans dans la Drôme, janvier 2014
L'ancien site des chaussures Charles Jourdan à Romans dans la Drôme, janvier 2014 © Radio France

Le projet de l'entreprise 1083, démarré il y a quatre ans, tardait à aboutir. Elle voulait installer dans les murs de Jourdan ses ateliers, une boutique, un restaurant : 10 millions d'euros d'investissement. Mais le financement n'a pas été bouclé à temps, le compromis de vente a expiré en décembre dernier. Depuis, explique l'agglomération Valence Romans, 1083 n'a pas donné plus d'information, notamment sur ses conditions de financement, et "début octobre, la société était informée de la fin des négociations sur ce site" . La mairie, elle, a proposé d'acheter le tènement, pour le démolir complètement et construire un gymnase multisports, notamment pour le lycée Triboulet voisin. Et c'est donc sur cette nouvelle cession que votait l'Agglo ce jeudi soir.

Tous les élus de Romans exclus du vote de la délibération

Tous les élus de Romans ont été invités à sortir au moment de cette délibération parce qu'ils sont trop directement concernés, il y avait risque de "prise illégale d'intérêt" d'après les services juridiques de l'Agglo. La maire Marie-Hélène Thoraval et son opposant Thomas Huriez, le patron de 1083, ont donc patienté dans l'entrée. "Peut-on accepter de déconstruire une dynamique économique parce qu'il y a désamour entre deux personnes?" s'est interrogé Anna Place, élue de Bourg de Péage, regrettant aussi la destruction d'un symbole du patrimoine industriel de la commune. La maire de la Baume-d'Hostun, Marion Pelloux-Prayer, s'est demandé si vraiment l'Agglo avait apporté tout son soutien à 1083. 

"J'aurais aimé que le projet de 1083 se concrétise, mais on a délibéré il y a quatre ans déjà" - Nicolas Daragon, le président de l'agglomération

"Je n'entre pas dans les oppositions municipales" répond Nicolas Daragon, président de l'Agglo. "J'aurais aimé que le projet de 1083 se concrétise, j'aimerais qu'il se concrétise peut-être ailleurs sur notre territoire. Mais sur le tènement Jourdan, on a voté il y a déjà 4 ans, on a laissé au projet le temps de se faire...je soutiens 1083, mais je soutiens aussi les projets de Marie-Hélène Thoraval sur sa commune, elle est le maire légitimement élue. Peu importe sa couleur politique, l'Agglo soutient les projets de tous les maires sur leur territoire."

Dans un communiqué publié à l'issue du conseil, "la municipalité romanaise réaffirme qu’elle n’a rien contre le développement de l’entreprise 1083. Ce n’était d’ailleurs pas l’objet de cette délibération, ainsi que l’a très bien rappelé le président Daragon". Thomas Huriez, le patron de 1083, n'a pas souhaité s'exprimer "à chaud" ce jeudi soir.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess