Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Municipales à Romans-sur-Isère : Marie-Hélène Thoraval officiellement candidate

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Marie-Hélène Thoraval, maire de Romans-sur-Isère (Drôme) depuis 2014, a annoncé ce mercredi soir briguer un second mandat en mars prochain. Trois autres listes sont en préparation.

Marie-Hélène Thoraval présente ses voeux de candidate aux Cordeliers
Marie-Hélène Thoraval présente ses voeux de candidate aux Cordeliers © Radio France - Nathalie Rodrigues

Cette annonce officielle n'est pas une surprise mais elle était attendue. Marie-Hélène Thoraval a déclaré sa candidature pour un second mandat lors d'une cérémonie de voeux au théâtre des Cordeliers. Une cérémonie ni organisée ni financée par la ville précisait l'invitation. 

"Si je n'étais plus là, je vous manquerais"

Devant plus de 800 personnes, la maire sortante divers droite a surtout défendu son bilan mettant en avant la sécurité, l'assainissement des finances de la ville, les travaux d'amélioration du cadre de vie et la dynamisation de l'économie. "Parce que ma motivation et ma détermination sont intactes et parce que si je n'étais plus là, je vous manquerais, je vous propose d'être candidate pour un second mandat" a-t-elle déclaré.

Trois autres listes en préparation

Thomas Huriez s'est déclaré officiellement candidat en novembre dernier. Le fondateur de la marque de jeans Made in France 1083 mise sur une liste trans-partisane : "on veut vraiment valoriser la diversité des profils, des métiers, des sensibilités politiques". Thomas Huriez explique avoir à ses côtés des gens encartés au Parti Socialiste, des gens plutôt à droite même si pas forcément encartés chez LR.

Sa démarche est soutenue localement par des élus et adhérents de la République en Marche. Mais au niveau national, le parti présidentiel n'a pas apporté son investiture ni son soutien officiel. LREM n'a pas voulu choisir entre Thomas Huriez et Marie-Hélène Thoraval qui avait signé une tribune pro-Macron après les élections européennes.

La gauche part divisée

D'un côté : le "collectif pour Romans", qui revendique une centaine d'adhérents et 400 sympathisants, et les étiquettes France Insoumise, Europe Ecologie Les Verts, Génération-s de Benoit Hamon et Nouvelle Donne. De l'autre côté : un groupe Parti Socialiste, Parti Communiste et Unis pour Romans.

Ils ont discuté pendant deux mois pour tenter de fonder une seule liste, mais ils n'ont pas trouvé d'accord sur la méthode pour désigner les candidats. Chacun part donc de son côté.

Le "collectif pour Romans" doit voter pour sa tête de liste et les sept autres premiers noms samedi. Il y a 19 candidats pour ces huit places et cette méthode pour constituer la liste fait vraiment partie de la philosophie du collectif explique Julie Maurel, une des porte-paroles : "la transformation démocratique est au coeur de nos convictions. On veut s'éloigner de la politique traditionnelle".

Pas de leader désigné encore pour la liste PS/PC. On y retrouve des conseillers municipaux sortants, comme Jean-Marc Durand, Isabelle Pagani, mais la place des uns et des autres n'est pas encore arrêtée. "On vient de créer deux groupes de travail, sur le programme et sur la liste" souligne Isabelle Pagani. L'ancien maire socialiste de Romans, Henri Bertholet, a été repéré dans les réunions de la liste PS/PC. Il travaille avec eux, mais il assure être là en "soutien", en "conseil". Il ne brigue aucun poste d'élu : "quand j'aurai 15 ans de moins" s'amuse t'il. 

Chaque groupe de gauche doit trouver 39 noms pour boucler sa liste d'ici le 27 février, chacun se dit confiant. Le Rassemblement national ne présentera pas de liste à Romans-sur-Isère, une première depuis 31 ans

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu