Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Rouen : clash en plein conseil de métropole entre Frédéric Sanchez et Yvon Robert

-
Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Une passe d'arme assez violente a opposé lundi soir le président de la Métropole Rouen Normandie au maire de Rouen. Les deux sont pourtant du même bord politique. La cause, c'est le projet de passerelle au-dessus de la Seine. Les mots sont allés loin. La délibération a été retirée.

Symbole de l'hostilité entre les 2 hommes, pourtant voisins, Frédéric Sanchez et Yvon Robert (à sa gauche) se tiennent loin l'un de l'autre
Symbole de l'hostilité entre les 2 hommes, pourtant voisins, Frédéric Sanchez et Yvon Robert (à sa gauche) se tiennent loin l'un de l'autre © Radio France - Antoine Sabbaghj

Leur inimitié était connue, mais jusque-là leurs désaccords restaient cantonnés en coulisses. Ce lundi soir, en plein conseil de métropole, ils sont sortis au grand jour, devant des dizaines d'élus assez interloqués. Frédéric Sanchez, le président de la métropole Rouen Normandie, et le maire de Rouen Yvon Robert ne se sont pas ménagés. La tension avait d'ailleurs commencé dans la matinée avec une interview fracassante d'Yvon Robert à Paris-Normandie, dans lequel il disait son opposition à ce projet de passerelle

Un projet de passerelle réservée aux vélos et piétons

Une passerelle réservée aux piétons et aux vélos, qui relierait le Panorama XXL rive-droite, au 106 et au futur quartier Flaubert rive-gauche. Un défi technique, car l'ouvrage devrait atteindre 10 mètres de haut. Coût estimé 17 millions d'euros. Et une vraie difficulté, proche du pont-levant Flaubert, cette passerelle constituerait une barrière pour les plus hauts voiliers de l'Armada.

Le débat était très attendu lors de ce conseil et en ouverture Frédéric Sanchez a surpris l'assistance en annonçant son souhait de retirer la délibération "Il y a une effervescence, des fantasmes, des idées fausses qui parfois sont instrumentalisées, voilà pourquoi je fais ce choix", explique Frédéric Sanchez, avant de s'en prendre avec des mots assez durs au maire de Rouen, pourtant assis juste à sa gauche en tant que 1er vice-président. "Je sens une hostilité nette du maire de Rouen, j'espère qu'il n'y a pas d'arrière pensée politique derrière ça mais je n'en suis pas sûr". Précisons que les deux hommes sont pourtant du même parti politique, le PS.

Des piques lancées des deux côtés

Et juste à côté d'un Yvon Robert stoïque, le président de la métropole enfonce le clou "Rouen n'exerce plus son rôle de locomotive, la ville doit retrouver son attractivité". 

Le maire de Rouen laisse le débat se dérouler. L'écologiste David Cormand dénonce une "balle perdue pour l'écologie". Pour le Rassemblement national "les désaccords s'affichent au grand jour". Puis Yvon Robert prend la parole. Comme ses proches, il dénonce d'abord le manque de concertation sur ce projet, puis il en pointe le coût (17 millions d'euros) : "Dans la situation des finances publiques que vous connaissez, nous devons rester sur nos priorités. On ne fait pas du moderne pour faire du moderne. Et il n'était pas nécessaire de dire que Rouen va mal".

Puis Yvon Robert se lâche en regardant Frédéric Sanchez "ne faisons pas rêver si l'on en a pas les moyens". Là le président de la métropole s'énerve : "Yvon tu es déprimant, ressaisis-toi".

Yvon tu es déprimant, ressaisis-toi"

Des dizaines d'élus assistent un peu interloqués à cette passe d'armes surréaliste entre Frédéric Sanchez et celui qui est tout de même son 1er vice président.  

Devant un tel désaccord, la délibération est donc retirée : la passerelle tombe à l'eau, on ne voit pas comment elle pourrait être votée dans ce mandat. L'opposition, elle, se frotte les mains dans la perspective des municipales de 2020. Yvon Robert a déjà annoncé qu'il ne se représentera pas. Et Frédéric Sanchez répète à longueur d'interviews qu'il ne sera pas candidat à Rouen.

En attendant, et d'ici 2020, c'est une sorte de cohabitation qui va s'installer entre la métropole et le maire de sa ville-centre. Et les réunions sur les nombreux sujets qui lient la métropole à Rouen pourraient bien être assez tendues.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu