Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Rythmes des réformes, réponses aux critiques, style : Edouard Philippe revient sur sa première année à Matignon

Le Premier ministre Edouard Philippe est l'invité exceptionnel de France Bleu Normandie et France Bleu Cotentin au terme de sa première année à Matignon. L'ancien maire du Havre évoque sa fonction, son style et revient sur quelques réformes particulièrement parlantes pour les communes normandes.

Comme sur son bureau de maire, à Matignon, les mugs havrais sont en bonne place
Comme sur son bureau de maire, à Matignon, les mugs havrais sont en bonne place © Maxppp - Olivier Corsan/PHOTOPQR/LE PARISIEN/

Le Havre, France

A l'invitation de France Bleu Normandie, le Premier ministre et ancien maire du Havre, Edouard Philippe, évoque sa première année à Matignon..

Sur sa fonction et son style de gouvernance

Edouard Philippe a toujours considéré le mandat de maire comme le plus intéressant, passionnant d'une carrière politique. Il confirme que c'est encore sa conviction mais que c'est un honneur de "servir son pays" en tant que Premier ministre :

C'est passionnant, il y a souvent beaucoup de pression.

"Je n'ai pas le sentiment d'exercer cette fonction de façon très différente de la façon dont j'exerçais le mandat de maire. J'essaie d'écouter et une fois que j'ai pris les décisions j'essaie d'être ferme parce que je crois que c'est comme ça qu'on gouverne"

Sur le rythme des réformes 

Le rythme est terriblement intense.

Avec le Président Emmanuel Macron, il forme un duo sur la même longueur d'onde notamment sur la cadence des réformes imposées depuis un an : "Les Français l'exigent, d'une certaine façon."

J'aimerais que ça aille plus vite, j'aimerais qu'on voie les effets de nos politiques plus vite

Sur le dédoublement des classes CP en REP et REP+

Alors que de nombreuses communes rurales ont perdu des postes d'enseignants ou des classes cette année et parlent d'éducation à deux vitesses, Edouard Philippe justifie : "Accorder les moyens où les urgences sont les plus grandes ne me semble pas contestable et je l'assume très bien."

Le nombre de professeur par élèves en zone rurale est supérieur à ce qu'il est dans les zones urbaines [...] il diminue beaucoup moins vite, il augmente même à certains égards

Sur la réforme de la taxe d'habitation

Le Premier ministre rappelle que 80% des Français ne paieront plus la taxe d'habitation d'ici 2020 et que cet impôt est "terriblement injuste". Il répond aux maires qui encore récemment s'inquiétaient pour les budgets de leurs communes suite à la disparition de cette recette fiscale  : 

Pour les collectivités territoriales, il n'y a aucune différence financière, ça n'est pas une compensation, c'est un paiement à la place, c'est très différent

Après 2020 la suppression de la taxe d'habitation sera effective pour tout le monde. Les discussions sont en cours pour "une bonne fiscalité locale, un meilleur cadre plus juste."

Sur la filière éolienne

Le gouvernement renégocie actuellement les tarifs de l'électicité avec les industriels qui menacent de réduire voire de stopper certains projets comme la construction d'usines de pales et de nacelle au Havre, attendues depuis des années : 

La phase de négociations est serrée avec l'ensemble des acteurs industriels, économiques de ce dossier.

Le Premier ministre justifie cette renégociation de tarif par le coût trop élevé de l'électricité pour les Français (sur des contrats qui datent de huit ans) au regard du prix du marché si les contrats étaient passés en 2018. "Mon objectif c'est réduire le prix [de l'électricité] pour les Français."

Il est rassurant pour l'avenir du Havre dans cette filière. "Je sais parce que les industriels le disent eux-même, que Le Havre est incroyablement bien placé compte tenu de son potentiel industriel et de sa localisation géographique pour participer à ce développement industriel."

Sur ses liens avec la Normandie 

"Je continue à regarder la Normandie en général et Le Havre en particulier avec une intensité que rien ni personne ne pourra me faire oublier."

Sur le football et le HAC 

Le Premier ministre avait déjà réagi samedi après les violents incidents survenus à Ajaccio en Corse vendredi soir, au moment où le match de barrage entre l'ACA et le HAC avait été reporté : "Cette brutalité, cette violence, cette provocation, cette imbécillité à certains égards n’a rien à faire dans le football."

Ma conviction c'est que le HAC est une grande équipe. 

"Le moment viendra où elle franchira toutes les étapes qui lui restent à franchir." Cet entretien exceptionnel a été enregistré samedi 19 mai 2018 au Havre dans les studios de France Bleu Normandie.

Choix de la station

France Bleu