Politique

Rythmes scolaires : les parents d'élèves des P-O toujours dans l'inquiétude

Par Martin Cotta, France Bleu Roussillon samedi 22 février 2014 à 15:33

Une centaine de parents d'élèves étaient présents dans le cortège
Une centaine de parents d'élèves étaient présents dans le cortège © Radio France - Martin Cotta

Alors que toutes les écoles de France sont censées appliquer la semaine de 4 jours et demi à partir de la rentrée, parents d'élèves et enseignants du département pointent les difficultés de la mise en place d'une réforme en l'état. Ils manifestaient ce samedi dans les rues de Perpignan.

Les parents d'élèves ont la dent dure. Et ne lâchent rien. Ils étaient une centaine à manifester aux côtés des enseignants ce matin à Perpignan. Et dans le cortège, les inquiétudes tournent toujours autour d'un point de la réforme : le temps périscolaire.

"Même s'il a des activités à faire les enfants seront à la garderie dès 15h45 " explique Stéphanie mère d'un garçon en CM1 à Vinça. Vient aussi la question de qui pour s'en occuper ? Et là pareil : l'inquiétude des parents guette. "Les gens ayant le bafa sont formés à travailler avec des groupes de 8 à 10 enfants. Là on va mettre un adulte pour 20 à 30 enfants ! " peste Eric, parent d'élève.

Les dommages collatéraux sont nombreux selon les manifestants qui profitaient des Municipales en mars pour tenter une énième fois de se faire entendre. En rétablissant l'école le mercredi matin, ce sont les associations qui trinqueront. "Le sport, ce sera le samedi et les associations seront pénalisées " estime Evelyne.

Une énième manifestation ?

Rassemblements, occupations d'écoles, réunion inter-écoles... cela fait plus d'un an que les parents d'élèves et les professeurs sont mobilisés dans le département et pourtant rien ne bouge. Pas une raison pour Stéphanie et Laurence, mères de famille, de baisser les bras "ça me mine de savoir que nos enfants vont avoir une heure et demi de garderie en plus (...) Jusqu'au bout je vais essayer de me battre mais à un moment donné, si je vois que ça ne suit pas... Evidemment que cela va s'esssouffler mais je n'ai pas dit mon dernier mot. Nous ne mettrons pas nos enfants à l'école le mercredi matin. Peut-être qu'à la rentrée nous occuperons les écoles encore le matin. On est pour que ça évolue, on est pas fermé mais on veut que ce soit réfléchi " estime les deux femmes. 

"On veut lutter jusqu'au bout !"

"Une heure et demi de garderie en plus..."