Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique DOSSIER : Les élections européennes 2019

Saint-Éloy-les-Mines : le casse-tête des panneaux électoraux avec les 34 listes aux européennes

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Les élections européennes sont dans 15 jours et à Saint-Éloy-les-Mines, c'est un vrai casse-tête. Selon Marie-Thérèse Sikora, mairesse Les Républicains depuis 2007, le grand nombre de panneaux électoraux des 34 listes a entraîné d'importants problèmes d'organisation dans sa commune.

Il y a pour la première fois 34 listes en lice pour les élections européennes 2019.
Il y a pour la première fois 34 listes en lice pour les élections européennes 2019. © Radio France - Maxppp

Saint-Éloy-les-Mines, France

Plus que deux semaines avant les élections européennes. Le scrutin aura lieu le 26 mai et à partir de ce lundi 13 mai à minuit la campagne démarre officiellement. Dans ce cadre, chaque commune doit installer des panneaux électoraux pour chacune des listes devant chaque bureau de vote.

Mais pour certaines communes, le nombre trop important de candidats pose problème. Il y a en effet 34 listes en lice cette année, un record. Il est ainsi difficile pour certains maires de petites communes de trouver le matériel adéquat et les emplacements nécessaires pour afficher toutes ces listes. 

C'est le cas notamment à Saint-Éloy-les-Mines dans le Puy-de-Dôme, commune de 3.800 habitants. Marie-Thérèse Sikora, la mairesse Les Républicains depuis 2007 et conseillère régionale a eu beaucoup de mal à tout mettre en place. "Nous devons afficher les 34 panneaux sur cinq points et nous n'avions pas assez de panneaux ! Nous avons dû en réaliser d'autres car il était trop tard pour en commander. Nous avons donc dû les fabriquer nous-mêmes", raconte l'élue.

"Pourquoi ce ne sont pas les partis politiques qui payent ?" Marie-Thérèse Sikora

"Ce sont les communes qui payent l'installation des travaux ! Il faut acheter le matériel, le faire et le mettre en place (...) cela coûte au bas mot 20 euros par panneau", estime-t-elle. 

"Pourquoi ce ne sont pas les partis politiques qui payent ? Car pour les petites mairies, cela représente un coût", déplore Marie-Thérèse Sikora.