Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Municipales à Saint-Étienne : des manifestants tentent de perturber l'inauguration du local du candidat LREM

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Plusieurs dizaines de personnes se sont rassemblées ce jeudi devant le local du candidat LREM aux élections municipales de Saint-Étienne, Patrick Revelli. Ils ont chanté et lancé des slogans contre "la Macronie", les violences policières ou la réforme des retraites.

Patrick Revelli discute avec des manifestants rassemblés devant sa permanence
Patrick Revelli discute avec des manifestants rassemblés devant sa permanence © Maxppp - Yves Salvat

De l’intérieur du local, on entend distinctement les chants des manifestants. Alors Patrick Revelli décide de sortir,  pour tenter de dialoguer.

Patrick Revelli discute avec deux jeunes manifestants devant son local de campagne.

Mais discuter ne sert à rien pour de nombreux manifestants, puisqu'au delà de Patrick Revelli c'est surtout En marche et Emmanuel Macron qui sont visés : "Patrick Revelli c'est un godillot, lance l'un d'eux. Ils l'ont mis là parce qu'il était connu dans la région, mais c'est tout. Il représente Macron quand même. C'est le même parti. Il traine un boulet derrière lui. Pour moi, comme c'est parti aujourd'hui, ça va mal se passer tout le long de ces élections". 

Porter l’étiquette "En marche" pour ces élections municipales, ce n'est pas forcément facile de l’aveu même du candidat : "oui c'est sur que c'est compliqué, je ne vais pas dire le contraire, reconnait Patrick Revelli, les gens ne comprennent pas que je suis d'abord "société civile" et soutenu par "En marche". Personnellement, j'assume. Aujourd'hui, les retraites, c'est pas moi qui vais les régler ici à Saint-Étienne. C'est au gouvernement à prendre les responsabilités qui sont les siennes. Moi ce qui m'intéresse c'est Saint-Étienne point". Essayer de relocaliser le scrutin, de le dissocier du contexte national, seule façon de rester audible pendant la campagne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu