Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Saint-Étienne : Laurent Wauquiez revient (presque) dans les "quartiers perdus"

jeudi 5 juillet 2018 à 16:56 Par Sandrine Morin, France Bleu Saint-Étienne Loire

Laurent Wauquiez, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes effectue ce vendredi à Saint-Étienne sa première sortie dans des quartiers qu'il avait qualifiés de "perdu" dans la capitale ligérienne. Un retour qui signe aussi la réconciliation avec le maire Gaël Perdriau.

Ce vendredi, Laurent Wauquiez et Gaël Perdriau scellent leurs retrouvailles.
Ce vendredi, Laurent Wauquiez et Gaël Perdriau scellent leurs retrouvailles. © Maxppp -

Saint-Étienne, France

Fin octobre 2017, Laurent Wauquiez, le président de la Région Rhône-Alpes Auvergne se fâchait avec une bonne partie des Ligériens en évoquant à Paris, "les quartiers perdus de Saint-Étienne et de Firminy". Le Ponot, alors candidat à la présidence des Républicains, semblait faire sienne "la théorie du grand remplacement culturel", en citant des exemples dans la Loire pour appuyer son propos : "Ce n'est pas la théorie du grand remplacement culturel. C'est juste une réalité. La réalité c’est qu’il y a en France des quartiers qui sont des quartiers perdus de la France comme à Saint-Étienne et Firminy. La réalité va vous sauter au visage si vous venez avec moi", avait affirmé Laurent Wauquiez au journaliste qui l'interrogeait. Mais depuis... il ne s'y était pas rendu.

Ami de la Loire 

Les relations entre Laurent Wauquiez et Gaël Perdriau ont depuis été extrêmement tendues. A l’époque, le maire de Saint-Étienne avait demandé à Laurent Wauquiez de se "ressaisir".  Pourtant au départ, les deux hommes étaient proches. Très proches. Gaël Perdriau est un des premiers à faire la montée du Mézenc. Laurent Wauquiez est l'un des premiers soutient de Gaël Perdriau quand il se lance dans la course pour les municipales en 2013. Lors de sa campagne pour la région, Laurent Wauquiez ne cesse de répéter qu’il est "ami de la Loire". 

Mais une fois élu, c’est moins simple. Les relations commencent à se gâter en 2016, lorsque des subventions à des associations de la Loire sont retardées. Jusqu’au clash des quartiers perdus où les deux hommes règlent leur compte via les médias. En tout cas, Laurent Wauquiez se fait rare dans la Loire et encore plus à Saint-Étienne. La visite de ce vendredi est donc un événement. 

Clairement, elle semble s’inscrire dans la tentative du maire de Saint-Étienne se réconcilier avec sa droite. Une équation sans doute indispensable qu’il veut conserver la mairie de Saint-Étienne et alors qu’il vient de discrètement lancer sa campagne électorale via l’association "Mon parti Saint-Étienne".  

Programme chargé  

Alors comme il ne vient pas souvent dans la Loire, Laurent Wauquiez va mettre les bouchées doubles ce vendredi 6 juillet. En quelques heures, il va visiter les quatre coins de la ville. Avec d’abord le projet de rénovation de la patinoire, la visite de la cité du design et de plusieurs start-up qui y sont hébergés (Visite de Kéranova et de Manutech. ) 

A 12h45, il va signer le protocole d’accord entre la Région et la Métropole de Saint-Étienne avant de faire un petit tour à la maison des projets rue Louis Braille. Enfin, le président Ponot va faire une visite sur ce qui sera un des gros chantier de la métropole pour les années à venir : le site de la future salle de Sports à Saint-Chamond au niveau de Zac de la Varizelle à Saint-Chamond. 

En tout, cas c'est un agenda très chargé même si le Président de Région n'a pas prévu d'aller au contact avec les habitants des quartiers de Firminy et de Saint-Étienne pointés du doigt à l'automne dernier.