Politique

Saint-Étienne : le maire Gaël Perdriau se sépare de son adjoint aux ressources humaines

Par Angy Louatah, France Bleu Saint-Étienne Loire mardi 11 octobre 2016 à 19:50

Michel Béal travaillait avec Gaël Perdriau depuis son élection en 2014.
Michel Béal travaillait avec Gaël Perdriau depuis son élection en 2014. © Radio France - Yves Renaud

Le maire de Saint-Étienne a décidé de se séparer de Michel Béal, son adjoint aux ressources humaines. La mairie évoque une "rupture de confiance et de profonds désaccords". Pour l'opposition, cette démission forcée révèle une "crise et une gouvernance autocratique" de Gaël Perdriau.

Gaël Perdriau, maire de Saint-Étienne, avec Gilles Artigues, son 1er adjoint et en accord avec l'ensemble de l'équipe municipale, après avoir reçu Michel Béal, lundi 10 octobre 2016, a décidé de lui retirer, en raison d'une rupture de confiance et de profonds désaccords dans la conduite de la politique municipale, ses délégations d'adjoint aux ressources humaines et aux marchés publics, en lui demandant de démissionner, ce qu'il a accepté. (Communiqué de la mairie)

Michel Béal, adjoint à la maire de Saint-Étienne depuis l'élection de Gaël Perdriau en 2014, quitte donc ses fonctions d'adjoint. En revanche, il conserve son siège de conseiller municipal en tant que "non inscrit". Cet ancien avocat était également président du groupe de la majorité. Le sénateur PS Maurice Vincent a réagi à cette démission :

Le pilotage de la ville est extrêmement concentré entre le maire et son directeur de cabinet M. Gauttieri. Cela ne tourne pas rond dans cette municipalité. Tout se sait, on voit bien en conseil municipal que les adjoints sont éloignés des décisions. Je peux comprendre que dans le domaine des ressources humaines, l'adjoint se sente dépossédé et en ait marre. D'abord, ils parlent très peu. On connaît aussi l'ambiance délétère qui règne avec les cadres de la mairie. On voit également que personne ne souhaite venir occuper des postes vacants à la mairie qu'il s'agisse de la ville ou de l'agglomération. Donc cette démission confirme qu'il y a une crise dans la gestion de la ville. (Maurice Vincent, opposition)

Partager sur :