Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Saint-Étienne : un nouvel outil pour développer le commerce de centre-ville

lundi 26 novembre 2018 à 19:32 Par Véronique Narboux, France Bleu Saint-Étienne Loire

La ville de Saint-Étienne annonce la création d'une société foncière immobilière commerciale qui pourra préempter des locaux commerciaux au centre-ville. Objectif : maîtriser le développement des enseignes et préserver l'existant.

Préserver et développer le commerce de centre-ville : un des chantiers économiques de Gaël Perdriau
Préserver et développer le commerce de centre-ville : un des chantiers économiques de Gaël Perdriau © Maxppp - Frédéric Chambert

Saint-Étienne, France

C'est l'un des dossiers soumis au vote des élus stéphanois, ce lundi soir, lors du conseil municipal. La Ville veut créer une société foncière immobilière commerciale. Cette nouvelle structure pourra préempter des locaux commerciaux au sein d'un périmètre qui englobe le centre-ville et s'étend jusqu'à la place Carnot. L'objectif affiché est maîtriser le développement des enseignes et préserver celles qui existent

Droit de regard sur l'implantation de nouveaux commerces  

"Ce que nous souhaitons, explique le maire, Gaël Perdriau, c'est avoir une vision sur les mutations commerciales dans un périmètre de centre-ville.  En cas de désaccord sur la destination d'un fond de commerce, nous pourrons le préempter et ensuite le remettre sur le marché avec une destination qui correspondra mieux à la physionomie commerciale que nous souhaitons. Grâce à cette foncière, on disposera d'un observatoire, on pourra agir dans un dialogue avec ceux qui voudront s'implanter, en leur indiquant  d'autres rues, d'autres lieux, plus appropriés à leur activité.

Gaël Perdriau voit un autre avantage dans la création de cette foncière immobilière commerciale : elle permettra de rénover des locaux commerciaux vétustes, qui n'attirent pas les créateurs d'activité. "Nous avons, dit-il, un patrimoine commerçant relativement ancien qui n'est pas toujours adapté à ce que les enseignes veulent aujourd'hui. Parfois, il faut réunir deux fonds de commerce pour en faire un seul. Tout cela, c'est un travail qui -si la force publique ne le fait pas- est extrêmement compliqué pour des acteurs privés ; les enseignes vont au plus simple et le risque, c'est qu'elles ne viennent pas s'implanter à l'endroit où on aimerait les voir arriver. Avec cette foncière, nous allons pouvoir acheter ces fonds de commerce, faire des travaux et les remettre sur le marché pour attirer de nouvelles enseignes."

Une seule structure pour gérer l'offre de tourisme d'affaires

Autre dossier adopté ce lundi soir, en conseil municipal : la création d'une seule et même structure pour gérer l'offre de tourisme d'affaires à Saint-Étienne. Cette nouvelle entité, dont le nom n'est pas encore arrêté, chapeautera le parc des expositions, le centre des congrès, la verrière et la cité du design. La structure sera détenue à 35% par Parc-Expo, l'association qui gère actuellement le parc des expositions et à 65% par GL Events, le géant de l'événementiel. C'est donc cette nouvelle entité qui obtient la délégation de service public à partir du 1er janvier prochain et pour 30 ans.

Un an de chantier pour reconstruire le parc des expositions

GL Events s'engage à investir 10 millions d'euros et à verser 170 000 euros de loyer par an. Les collectivités locales (ville, métropole, département, région), apporteront 17 millions d'euros. Une enveloppe totale de 27 millions qui servira à rafraîchir la Verrière et le centre des congrès mais surtout à reconstruire le parc des expositions dont les halls A et C seront démolis. Le chantier débutera après l'édition 2019 de la foire internationale de saint-Etienne, en octobre et devra s'achever juste avant l'édition 2020. 

Robert Karulak l'adjoint au maire, en charge de l'attractivité, des congrès et du tourisme, reconnaît que ce calendrier est tendu "mais nous avons besoin de cet équipement, souligne-t-il. Les retombées économiques du tourisme d'affaires sont tellement importantes qu'on ne peut pas geler cette activité pendant une durée trop importante." En 2017, ce secteur a généré un chiffres d'affaires direct de 4,5 millions d'euros pour la ville de Saint-Etienne et plus de 22 millions de retombées économiques sur le territoire.