Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Saint-Malo : des "citoyens référents" dans les quartiers, la polémique enfle

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu

La municipalité de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) veut mettre en place un dispositif "citoyens réferents" pour améliorer les liens entre les habitants, les élus et les polices nationale et municipale. Une cinquantaine de Malouins sont déjà volontaires. Sur les réseaux sociaux, la polémique est vive.

Le dispositif "citoyens référents" fait polémique à Saint-Malo
Le dispositif "citoyens référents" fait polémique à Saint-Malo © Maxppp - Thomas Brégardis

C'était dans le programme électoral de Gilles Lurton, le candidat LR devenu maire de Saint-Malo en juillet 2020. Ce dispositif, baptisé "citoyens référents", veut resserrer les liens entre les habitants, les élus et les polices nationale et municipale au sein des différents quartiers de la ville. La municipalité veut ainsi améliorer la sécurité publique et la vie quotidienne.

Réseau de proximité

Pour la ville, il ne s'agit pas de mettre en place une brigade de surveillance de type "voisins vigilants", mais un réseau de proximité destiné à relayer les inquiétudes, les attentes et aussi les incivilités. "Si un habitant nous signale qu'il y a un faux agent Erdf qui sonne aux portes ou du colportage par exemple , la police va contacter le citoyen référent qui pourra ensuite informer beaucoup plus rapidement les habitants de son quartier"  précise Florence Abadie adjointe au maire chargée de la sécurité.  "Ce dispositif existe en France depuis 2006, et il a prouvé son efficacité pour assurer la sécurité des biens et des personnes et une solidarité inter-voisinage".

Polémique sur les réseaux sociaux

Sur sa page Facebook, la ville a lancé un appel à candidature jusqu'au 31 janvier 2021 et une cinquantaine de malouins se sont déjà portés volontaires. Mais à ce jour l'article a fait l'objet de plus de 300 commentaires dont une majorité très hostile. Anne le Gagne, la cheffe de file de la minorité municipale (centre-droit), comprend une partie des critiques : "De nombreux malouins, comme on n'a pas eu de débats sur ce texte, y voit un appel à la délation. Ce dispositif nécessite une extrême attention sur le choix de ceux qui formeraient ce réseau de référents. Quelles sont les méthodes ou les critères de sélection des citoyens référents. ? Quelles sont les procédures éventuelles en cas de débordements ou les protections judiriques ?" s'interroge encore l'élue de la minorité.

La municipalité assure qu'un protocole sera signé pour une durée de trois ans sous l'égide du préfet. Le dispositif doit être opérationnel avant l'été.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess