Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Politique

Saint-Sauveur-le-Vicomte : les électeurs appelés aux urnes le 23 septembre

mercredi 29 août 2018 à 11:28 Par Benoît Martin, France Bleu Cotentin

La préfecture vient de fixer les dates des élections municipales de Saint-Sauveur-le-Vicomte rendues nécessaires après une série de démissions qui a fait apparaître un conflit au sein de la majorité. Particularité : tous les sièges sont remis en jeu.

La préfecture de la Manche a fixé au 23 septembre le premier tour de l'élection municipale de Saint-Sauveur-le-Vicomte.
La préfecture de la Manche a fixé au 23 septembre le premier tour de l'élection municipale de Saint-Sauveur-le-Vicomte. © Radio France - Lucie Thuillet

Les électeurs de la commune manchoise de Saint-Sauveur-le-Vicomte sont appelés aux urnes dimanche 23 septembre prochain pour le premier tour d'élections municipales intégrales provoquées par la démission de plus du tiers des conseillers municipaux. 

La gouvernance du maire remise en cause

En l'occcurence, au printemps dernier, ce sont 10 élus de la majorité qui ont claqué la porte, dénonçant la gestion et la gouvernance du maire Jacques Regnault. Dans un courrier envoyé au préfet de la Manche fin mai, ces démissionnaires dénonçaient le comportement d'un maire "seul maître à bord". Ils évoquaient des "difficultés pour être informés sur la gouvernance de la commune et sur d'éventuels contrats avec des entreprises extérieures". A l'époque, ils demandaient au préfet de fixer rapidement des élections craignant que dans l'intervalle, le maire soit en mesure de prendre "des décisions sans concertation de nature à engendrer des dépenses importantes".

19 sièges à renouveler

L'élection aura donc lieu le 23 septembre et ce sont l'ensemble des sièges qui seront à pourvoir comme le veut la loi dès lors que les démissions représentent plus d'un tiers du nombre d'élus. En l'occurence, ce sont donc 19 sièges de conseillers municipaux qui seront à renouveler et les élus démissionnaires comptent présenter une liste consensuelle.  Le second tour aura lieu le 30 septembre.